Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi

disques • foot • films • séries • images • livres...
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
AuteurMessage
guil
blacksessions.com


Nombre de messages : 3975
Date d'inscription : 31/08/2011

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Ven 17 Jan 2014 - 11:02

@davcom a écrit:
@guil a écrit:
@davcom a écrit:
On dirait l'armure du personnage du jeu vidéo Metroïd Prime
j'avais pas fait gaffe mais oui, toutafé !

Grand jeu.

Un des meilleurs qu'il m'ait été donné de jouer.

jamais fait  Embarassed 
dans ma liste innombrable des jeux à faire....
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Sam 18 Jan 2014 - 7:18



Silicone fané

L’idée de base, quand on a écrit un scénario, c’est de se dire qu’on a une idée.
Une bonne.
De ce genre d’idée que personne n’a eu auparavant, ou n’a osé concrétiser.
Ici, donc, on prend un anti-héros assez effrayant dans son look de culturiste bas du front, on l’acoquine avec une pétasse aussi addict au chewing gum qu’il l’est au porno.
L’idée, donc, c’est de condamner les produits formatés de la comédie romantique, eh, on nous la fait pas à nous, hein, on assume nos désirs de doggystyle et compagnie.
Petite touche satirique, le Jon va se confesser toutes les semaines (on y a droit cinq ou six fois), ce qui nous permet de savoir combien de fois il s’est masturbé, et combien ça coûte en « Notre Père ». Qu’on ne s’y trompe pas, c’est une dénonciation des tartufferies de notre temps sous la complicité de l’église.
Petit retournement, les exigences pudibondes et castratrices de la girlfriend (Scarlett Johansson, qui a rarement été aussi laide, mais sans doute est-ce voulu aussi) sont tout aussi condamnables que la facheuse tendance qu’à le sportif à s’agiter la nouille.
La rédemption viendra d’ailleurs. Vous savez, la nana vielle et inintéressante qui chiale dans le couloir, l’exclue qu’on ne voit pas au début et qui contient en elle de quoi sauver le monde, parce qu’elle a perdu sa famille dans un accident de voiture.
La rédemption, donc : tu arrêtes de mettre du gel, tu fais l’amour avec quelqu’un, non juste pour toi, et tu t’abandonnes. Prends un bain, ça aide.

Quand c’est une comédie, ce n’est pas drôle ; on croit voir un sitcom de vingt minutes qui aurait perdu toute sa saveur pour avoir été multiplié par 4.
Quand c’est une satire, c’est pathétique : la famille de Don, entre télé foot portable mère obsessionnelle, tout est en plastique.
Finalement, la vulgarité dénoncée se déplace très rapidement au film lui-même, mal foutu, mal géré (la musique, les répétitions), prenant le prétexte de la dénonciation pour excuser sa médiocrité, mal écrit (les notes attribuées aux filles en boite, pitié), insipide et siliconé.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Lun 20 Jan 2014 - 6:50



Mauvais genre

Prisoners est un film étrangement composite, qui en ce qui me concerne résulte d’un malentendu. Vileneuve est pour moi un auteur, celui de l’adaptation d’Incendies de Mouawad, et j’attendais de ce film une exploration tragique et psychologique au détriment d’une intrigue conventionnelle. Le réalisateur fait le pari de mêler les deux, et le résultat est à mon sens assez déconcertant.
La maitrise est indéniable, et c’est clairement un policier de qualité, bien réalisé, assez oppressant, à l’intrigue certes profuse au gré de ces 2h35 qui sont finalement plutôt légitimes. Les acteurs sont convaincants, quoi qu’un peu outrés (le coup des tics nerveux en fermant les yeux, ça va cinq minutes).
A l’image de Gone baby Gone d’Affleck ou de polars sombres, c’est finalement une adaptation fidèle d’un polar qui n’existe pas puisque c’est un scenario original.
Si on me présente ça, d’accord, c’est un bon film, c’est divertissant, formaté, mais prenant.
Le problème, c’est qu’on y instille des thématiques plus ambitieuses qui ne collent pas avec l’emballage. Un polar, c’est un grille, des passages obligés, des fausses pistes, des indices un peu grossiers, mais qu’on accepte, parce qu’il y a une sorte de contrat tacite entre le lecteur/spectateur et le récit. Ici, rien ne déroge à la règle, et certains raccourcis sont assez foireux, les suicides bien pratiques et les résolutions un peu déconcertantes. Mais Villeneuve prétend faire un film psychologique, tragique, qui mettrait l’individu en prise avec un conflit moral, un dilemme et des compromissions.
Sur ces points, le film échoue un peu, parce qu’on a du mal à accepter qu’une prétention de cette envergure soit finalement au service d’un pavé de l’été, de bonne facture, certes, mais avec tout le formatage de circonstance. Il y a à mon sens incompatibilité entre la finesse supposée du propos sur l’ambiguïté de la dévotion et de la monstruosité de Dover, et les rebondissements qui jalonnent le récit, et, surtout, le mobile final évoqué, trop facile et bêtement sophistiquée, de même que pour la fausse piste sur laquelle on nous attire un moment.
Film bancal, qui peine à choisir son camp, Prisoners est frustrant, plein de promesses, mais emprisonné par les compromis que fait le réalisateur avec le genre dans lequel il s’illustre. (6,5/10)
Revenir en haut Aller en bas
Esther
Yul le grincheux
avatar

Nombre de messages : 6224
Date d'inscription : 31/10/2013
Age : 44
Humeur : Taquine

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Lun 20 Jan 2014 - 7:29



J'aurais pu faire une critique chiadée, avec thèse / antithèse. Le gangster qui veut se ranger des camions mais que son passé rattrape (sans que l'on comprenne vraiment pourquoi d'ailleurs)... Mais voilà: Berry m'a toujours fait douter en tant qu'acteur, mais alors, en tant que réalisateur, pas de doute, c'est un tréteau. Le casting est à chier, les dialogues ridicules, et la mise en scène joue les effets de manches à rallonge pour mouliner dans le vide. Bref, j'ai perdu deux heures de ma vie, mais c'est bien fait pour moi!
Revenir en haut Aller en bas
Zwaffle
un mont de verres
avatar

Nombre de messages : 1724
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 40

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Lun 20 Jan 2014 - 15:10

@Nulladies a écrit:


Mauvais genre

Prisoners est un film étrangement composite, qui en ce qui me concerne résulte d’un malentendu. Vileneuve est pour moi un auteur, celui de l’adaptation d’Incendies de Mouawad, et j’attendais de ce film une exploration tragique et psychologique au détriment d’une intrigue conventionnelle. Le réalisateur fait le pari de mêler les deux, et le résultat est à mon sens assez déconcertant.
La maitrise est indéniable, et c’est clairement un policier de qualité, bien réalisé, assez oppressant, à l’intrigue certes profuse au gré de ces 2h35 qui sont finalement plutôt légitimes. Les acteurs sont convaincants, quoi qu’un peu outrés (le coup des tics nerveux en fermant les yeux, ça va cinq minutes).
A l’image de Gone baby Gone d’Affleck ou de polars sombres, c’est finalement une adaptation fidèle d’un polar qui n’existe pas puisque c’est un scenario original.
Si on me présente ça, d’accord, c’est un bon film, c’est divertissant, formaté, mais prenant.
Le problème, c’est qu’on y instille des thématiques plus ambitieuses qui ne collent pas avec l’emballage. Un polar, c’est un grille, des passages obligés, des fausses pistes, des indices un peu grossiers, mais qu’on accepte, parce qu’il y a une sorte de contrat tacite entre le lecteur/spectateur et le récit. Ici, rien ne déroge à la règle, et certains raccourcis sont assez foireux, les suicides bien pratiques et les résolutions un peu déconcertantes. Mais Villeneuve prétend faire un film psychologique, tragique, qui mettrait l’individu en prise avec un conflit moral, un dilemme et des compromissions.
Sur ces points, le film échoue un peu, parce qu’on a du mal à accepter qu’une prétention de cette envergure soit finalement au service d’un pavé de l’été, de bonne facture, certes, mais avec tout le formatage de circonstance. Il y a à mon sens incompatibilité entre la finesse supposée du propos sur l’ambiguïté de la dévotion et de la monstruosité de Dover, et les rebondissements qui jalonnent le récit, et, surtout, le mobile final évoqué, trop facile et bêtement sophistiquée, de même que pour la fausse piste sur laquelle on nous attire un moment.
Film bancal, qui peine à choisir son camp, Prisoners est frustrant, plein de promesses, mais emprisonné par les compromis que fait le réalisateur avec le genre dans lequel il s’illustre. (6,5/10)

je suis d'accord sur le côté déconcertant mais pour le coup ça m'a paru assez rafraichissant parce que justement en ne sachant pas trop sur quel pied danser et vers où va le film on évite les trucs vus et revus où on sait à l'avance comment ça va finir et on devine l'identité du tueur 3 bobines avant la fin

donc bon j'en gardais un bon souvenir de celui-là

sinon vendredi, je suis allé voir "Le Loup de Wall Street": pas mal, c'est trop long (2h30 auraient largement suffi) mais en même temps je ne me suis ennuyé à aucun moment et le film contient suffisamment de scènes mémorables pour qu'on lui passe quelques facilités
Revenir en haut Aller en bas
Gengis
Yes, he can.
avatar

Nombre de messages : 12323
Date d'inscription : 18/11/2008

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Lun 20 Jan 2014 - 17:52

@Esther a écrit:


J'aurais pu faire une critique chiadée, avec thèse / antithèse. Le gangster qui veut se ranger des camions mais que son passé rattrape (sans que l'on comprenne vraiment pourquoi d'ailleurs)... Mais voilà: Berry m'a toujours fait douter en tant qu'acteur, mais alors, en tant que réalisateur, pas de doute, c'est un tréteau. Le casting est à chier, les dialogues ridicules, et la mise en scène joue les effets de manches à rallonge pour mouliner dans le vide. Bref, j'ai perdu deux heures de ma vie, mais c'est bien fait pour moi!
T'aurais du regarder le PSG !
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mar 21 Jan 2014 - 6:50



L’académiste

Film académique et de luxe, L’idéaliste sent bon les boiseries polies et les émanations de cigare des salons privés des grands studios réservés aux élites. Casting de haut vol (Damon, De Vito, Glover, Voight, Scheider, Danes, Rourke !) réalisation rutilante, long format (2h15), la qualité made in US se pose bien là.
Dans son registre, le film de procès, le film fait son job de façon plutôt convaincante : les retournements, les déconvenues, et le regard par le prisme d’un jeune premier initié aux requins du milieu, tout fonctionne. Certaines scènes assez attachantes retranscrivent assez bien la maladresse du néophyte, et Voight, à son habitude, domine de sa morgue cynique son petit monde dans des affrontements plutôt réussis.
Maintenant, tout cela reste adapté de Grisham, et le titre n’est pas usurpé. Défenseur de la femme battu et du leucémique, Damon manque singulièrement d’épaisseur, et son aspect Abbé Pierre est quelque peu monolithique. L’intrigue secondaire avec Claire Danes est franchement dispensable, et la démonstration (le monde de la justice est corrompu) bien falotte.
On reprochera surtout au film la lourdeur de son didactisme : l’utilisation de la musique, le recours à la voix off, les plans insistants sur Voight pas content, Damon content, les parents en pleurs, tout est sursignifiant et méchamment poussif dans son pathos.
Comme souvent avec Coppola, son nom nous autorise à de bien plus hautes exigences, et l’on s’étonne pour ce film comme pour bien d’autres, à vrai dire, de ce choix convenu et lisse dans sa chatoyante filmographie.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 5100
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 37
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mar 21 Jan 2014 - 11:02

Bon tu me rassures pour Don Jon, tendresse pour l'acteur désormais cinéaste mais ça avait quand même l'air ultra mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 11:33



Lors de sa première visite de la piscine décatie où il va travailler, alors qu’il vient d’abandonner l’école à 15 ans, Mike tombe tout habillé dans le bassin. Ce baptême incongru, inattendu, est à l’image de tout le film qui va suivre : une plongée dans l’âge déconcertante de l’adolescence, pour ceux qui y assistent, mais plus encore pour ceux qui la vivent.
Dans un monde aux couleurs saturées, un Londres reconstruit dans des studios allemands, Skolimowski travaille avec obsession ses plans qui sont autant de tableaux pops : un imper jaune devant des portes vertes, la flamboyante chevelure rousse de Suzan, le bleu de l’eau et des yeux de Mike… et ce rouge, qu’un employé vient appliquer sur une cloison, annonce insolite du dénouement. Plastique superbe, portée par une caméra nerveuse, suivant les personnages au plus près, suivant leurs déplacements erratiques et leurs brusques revirements.
Swinging London, certes, mais en 1970, nous sommes au petit matin de la nuit folle de ces années folles : on a toujours le même costume bigarré, les lumières brillent encore, mais le swing s’ankylose, et l’on ne sait plus trop qui est notre partenaire. L’amour, notion passablement éreintée par les élans de la révolution sexuelle, devient un fantasme qu’on ne trouverait que dans la noyade, en compagnie de sirènes rousses, tandis que les adultes, pervers blasés, viennent chercher, dans une cabine de bain, quelques attouchements bon marchés avant de se laver consciencieusement.
L’initiation de Mike passe par un double regard : le sien, tout d’abord, ébloui (avec nous) par la beauté de Sue, qu’il va traquer, tant pour la conquérir que pour circonscrire son mystère. Entreprise vouée à l’échec, mais à laquelle fait face l’adolescent, peu impressionné par les défis qu’on lui impose, et prêt à chercher un diamant dans la neige. L’autre regard, c’est celui porté par cette société pseudo libertaire sur le sexe : cinéma X, affiches, voyeurisme sur les élèves de lycée. Au pouvoir de tout montrer avec pignon sur rue succède la perte d’un mystère et la frustration généralisée. Mike, lui, encore armée de cette périlleuse fraicheur, balaie les rues de son regard neuf et mêle fantasmes et vérités. Au cinéma, c’est la spectatrice devant lui qu’il contemple ; s’il voit par un miroir les tristes moyens par lesquels elle obtient un pourboire, il le brise ; si elle se transforme en prostituée de carton, il la kidnappe et se l’approprie.
Le récit, chaotique et imprévisible, suit donc les méandres de la poursuite entre la statue de feu et le puceau stellaire. Au cours d’une nuit mouvementée, qui n’est pas sans rappeler celle des errances du protagoniste de Blow Up d’Antonioni, Mike se libère progressivement du cadre des adultes pour tenter sa propre initiation. Progressivement, le plan s’élargit pour nous mener à cette piscine vide, lieu final de tous les possibles, où nos Don Quichotte de l’amour tentent l’impossible.
Le final, symphonie de mouvements et de couleurs d’une maitrise extraordinaire, est le point d’orgue d’une quête, un aboutissement cinglant et sanglant où se mêlent enfin les corps, lentement immergés dans les passions les plus contradictoires.
Monde cruel et sans fard, à l’image des façades lépreuses de la piscine, Deep End traduit avec maestria les violentes déchirures qui ravissent et pourfendent les cœurs des adolescents.
Revenir en haut Aller en bas
EdouardEdb
esske je peux ?...
avatar

Nombre de messages : 936
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 45
Localisation : ici (pour le moment)
Humeur : obsédé

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 19:11



Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 20:03

@EdouardEdb a écrit:



Tiens, il est dans mon programme, celui-ci. C'est bien ?
Revenir en haut Aller en bas
EdouardEdb
esske je peux ?...
avatar

Nombre de messages : 936
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 45
Localisation : ici (pour le moment)
Humeur : obsédé

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 20:08

@Nulladies a écrit:
@EdouardEdb a écrit:



Tiens, il est dans mon programme, celui-ci. C'est bien ?

oui c'est pas mal du tout
une histoire de serial killer dans le monde des "idoles" japonaises
les filles sont complètement nunuches et accessoirement très à poils mais il y a des moments presque flippants
j'ai passé un bon moment, c'est assez court, 1h18
Revenir en haut Aller en bas
Liliedelsol
Ok j'me tais...
avatar

Nombre de messages : 706
Date d'inscription : 22/01/2014
Age : 40
Localisation : Nantes
Humeur : Indécise

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 21:40

@Nulladies a écrit:


Silicone fané

L’idée de base, quand on a écrit un scénario, c’est de se dire qu’on a une idée.
Une bonne.
De ce genre d’idée que personne n’a eu auparavant, ou n’a osé concrétiser.
Ici, donc, on prend un anti-héros assez effrayant dans son look de culturiste bas du front, on l’acoquine avec une pétasse aussi addict au chewing gum qu’il l’est au porno.
L’idée, donc, c’est de condamner les produits formatés de la comédie romantique, eh, on nous la fait pas à nous, hein, on assume nos désirs de doggystyle et compagnie.
Petite touche satirique, le Jon va se confesser toutes les semaines (on y a droit cinq ou six fois), ce qui nous permet de savoir combien de fois il s’est masturbé, et combien ça coûte en « Notre Père ». Qu’on ne s’y trompe pas, c’est une dénonciation des tartufferies de notre temps sous la complicité de l’église.
Petit retournement, les exigences pudibondes et castratrices de la girlfriend (Scarlett Johansson, qui a rarement été aussi laide, mais sans doute est-ce voulu aussi) sont tout aussi condamnables que la facheuse tendance qu’à le sportif à s’agiter la nouille.
La rédemption viendra d’ailleurs. Vous savez, la nana vielle et inintéressante qui chiale dans le couloir, l’exclue qu’on ne voit pas au début et qui contient en elle de quoi sauver le monde, parce qu’elle a perdu sa famille dans un accident de voiture.
La rédemption, donc : tu arrêtes de mettre du gel, tu fais l’amour avec quelqu’un, non juste pour toi, et tu t’abandonnes. Prends un bain, ça aide.

Quand c’est une comédie, ce n’est pas drôle ; on croit voir un sitcom de vingt minutes qui aurait perdu toute sa saveur pour avoir été multiplié par 4.
Quand c’est une satire, c’est pathétique : la famille de Don, entre télé foot portable mère obsessionnelle, tout est en plastique.
Finalement, la vulgarité dénoncée se déplace très rapidement au film lui-même, mal foutu, mal géré (la musique, les répétitions), prenant le prétexte de la dénonciation pour excuser sa médiocrité, mal écrit (les notes attribuées aux filles en boite, pitié), insipide et siliconé.

Ce film est pitoyable !! Enfin ça ne tient qu'à moi de le dire hein j'voudrais pas me faire des ennemis tout de suite !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.addict-culture.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 21:49

@Liliedelsol a écrit:
@Nulladies a écrit:


Silicone fané

L’idée de base, quand on a écrit un scénario, c’est de se dire qu’on a une idée.
Une bonne.
De ce genre d’idée que personne n’a eu auparavant, ou n’a osé concrétiser.
Ici, donc, on prend un anti-héros assez effrayant dans son look de culturiste bas du front, on l’acoquine avec une pétasse aussi addict au chewing gum qu’il l’est au porno.
L’idée, donc, c’est de condamner les produits formatés de la comédie romantique, eh, on nous la fait pas à nous, hein, on assume nos désirs de doggystyle et compagnie.
Petite touche satirique, le Jon va se confesser toutes les semaines (on y a droit cinq ou six fois), ce qui nous permet de savoir combien de fois il s’est masturbé, et combien ça coûte en « Notre Père ». Qu’on ne s’y trompe pas, c’est une dénonciation des tartufferies de notre temps sous la complicité de l’église.
Petit retournement, les exigences pudibondes et castratrices de la girlfriend (Scarlett Johansson, qui a rarement été aussi laide, mais sans doute est-ce voulu aussi) sont tout aussi condamnables que la facheuse tendance qu’à le sportif à s’agiter la nouille.
La rédemption viendra d’ailleurs. Vous savez, la nana vielle et inintéressante qui chiale dans le couloir, l’exclue qu’on ne voit pas au début et qui contient en elle de quoi sauver le monde, parce qu’elle a perdu sa famille dans un accident de voiture.
La rédemption, donc : tu arrêtes de mettre du gel, tu fais l’amour avec quelqu’un, non juste pour toi, et tu t’abandonnes. Prends un bain, ça aide.

Quand c’est une comédie, ce n’est pas drôle ; on croit voir un sitcom de vingt minutes qui aurait perdu toute sa saveur pour avoir été multiplié par 4.
Quand c’est une satire, c’est pathétique : la famille de Don, entre télé foot portable mère obsessionnelle, tout est en plastique.
Finalement, la vulgarité dénoncée se déplace très rapidement au film lui-même, mal foutu, mal géré (la musique, les répétitions), prenant le prétexte de la dénonciation pour excuser sa médiocrité, mal écrit (les notes attribuées aux filles en boite, pitié), insipide et siliconé.

Ce film est pitoyable !! Enfin ça ne tient qu'à moi de le dire hein j'voudrais pas me faire des ennemis tout de suite !

Nous sommes bien d'accord.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 5100
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 37
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 22:21

@EdouardEdb a écrit:
@Nulladies a écrit:
@EdouardEdb a écrit:



Tiens, il est dans mon programme, celui-ci. C'est bien ?

oui c'est pas mal du tout
une histoire de serial killer dans le monde des "idoles" japonaises
les filles sont complètement nunuches et accessoirement très à poils mais il y a des moments presque flippants
j'ai passé un bon moment, c'est assez court, 1h18

Euh hein ? Tu décris un peu ça comme un divertissement pour ados attardés alors que c'est le sommet absolu de l'anim japonaise, l'équivalent du meilleur d'Hitchcock, Lynch et De Palma réunis, un film au bord de la schizophrénie qui te perd dans ses states de fantasmes et de réalité, qui traite de la prise de pouvoir de l'imaginaire sur le réel, de l'incarnation des peurs et des frustrations collectives (thème esquissé ici qui explose dans la géniale série du même Satoshi Kon, Paranoia Agent), de la perte d'identité de celui qui ne vit qu'à travers le regard de l'autre, de la réduction de l'humain à l'image qu'il renvoie dans la société contemporaine, un putain de chef-d'oeuvre quoi. Laughing


Dernière édition par RabbitIYH le Jeu 23 Jan 2014 - 8:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
bro'
caquer, c'est si bon
avatar

Nombre de messages : 4631
Date d'inscription : 04/12/2008
Age : 39
Humeur : badine

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Mer 22 Jan 2014 - 22:33



Chef d'oeuvre de romance complètement barrée. J'ai adoré. Une B.O excellente, qui plus est.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Jeu 23 Jan 2014 - 5:26

@RabbitIYH a écrit:
@EdouardEdb a écrit:
@Nulladies a écrit:
@EdouardEdb a écrit:



Tiens, il est dans mon programme, celui-ci. C'est bien ?

oui c'est pas mal du tout
une histoire de serial killer dans le monde des "idoles" japonaises
les filles sont complètement nunuches et accessoirement très à poils mais il y a des moments presque flippants
j'ai passé un bon moment, c'est assez court, 1h18

Euh hein ? Tu décris un peu ça comme un divertissement pour ados attardés alors que c'est le sommet absolu de de l'anim japonaise, l'équivalent du meilleur d'Hitchcock, Lynch et De Palma réunis, un film au bord de la schizophrénie qui te perd dans ses states de fantasmes et de réalité, qui traite de la prise de pouvoir de l'imaginaire sur le réel, de l'incarnation des peurs et des frustrations collectives (thème esquissé ici qui explose dans la géniale série du même Satoshi Kon, Paranoia Agent), de la perte d'identité de celui qui ne vit qu'à travers le regard de l'autre, de la réduction de l'humain à l'image qu'il renvoit dans la société contemporaine, un putain de chef-d'oeuvre quoi. Laughing

C'est excitant... et c'est la raison pour laquelle j'avais toujours gardé dans ma tête ce titre depuis sa sortie. Je crois qu'il va devenir prioritaire dans mes visionnages, merci le lapin !
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Jeu 23 Jan 2014 - 5:27

@bro' a écrit:


Chef d'oeuvre de romance complètement barrée. J'ai adoré. Une B.O excellente, qui plus est.

Moui. Je suis plus mitigé.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 5100
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 37
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Jeu 23 Jan 2014 - 8:53

De rien ! Paprika (surtout), Millennium Actress et bien sûr Paranoia Agent sont assez formidables aussi (et Tokyo Godfathers dans une moindre mesure, ça prend la forme d'une fable plus humaniste à la Capra, à mi-chemin de l'hyper-réalisme et de la fantaisie mais finalement le regard pessimiste sur la société japonaise est toujours là).


Dernière édition par RabbitIYH le Jeu 23 Jan 2014 - 9:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Jeu 23 Jan 2014 - 8:58

@RabbitIYH a écrit:
De rien ! Paprika (surtout), Millennium Actress et bien sûr Paranoia Agent sont assez formidables aussi (et Tokyo Godfathers dans une moindre mesure, ça prend la dorme d'une fable plus humaniste à la Capra, à mi-chemin de l'hyper-réalisme et de la fantaisie mais finalement le regard pessimiste sur la société japonaise est toujours là).

Oui, Paprika est très souvent cité, il m'intéresse bien aussi.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 5100
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 37
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Jeu 23 Jan 2014 - 9:17

Rho je laisse trainer des coquilles partout, pas du matin moi (en l'occurrence "dorme" ça devait être un lapsus révélateur).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 41

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Ven 24 Jan 2014 - 6:45



C'est vendredi, on parle de bouse :

Les arcanes du blockbuster, chapitre 2

Une table en acajou, ronde.
Une corbeille de fruits. Factices.
Des affiches aux murs.
Cinq hommes en chemise hawaïenne.

- Bon les gars, faut arrêter de tortiller du fion, il nous faut un reboot de Superman.
- Ouais.
- Carrément.
- Alors on met le paquet, hein. Vous me trouvez un logiciel pour réaliser ça.
- On a qui en stock ?
- Je m’en branle. Pas besoin d’avoir fait la Femis pour mettre des greluches devant des écrans verts, hein.
- A ce propos, pour le rôle-titre, j’ai quelqu’un.
- Ses attributs ?
- Des pecs, mon salaud, on dirait des tourtes.
- OK, tu le signes. Faites m’en un vrai bon gars, veuve et l’orphelin, tout ça. Pas de subtilité.
- Genre Christ ?
- Ouais. En lycra.
- Autour, vous essayez de mettre des vrais acteurs.
- Costner ?
- D’accord, mais il meurt vite.
- Russel Crowe, pour la epic touch ?
- OK.
- Et le méchant ?
- Michael Shannon ?
Tous se retournent et le dévisage.
- Shannon, le bon acteur ? T’es con ou quoi ?
- J’ai entendu dire qu’il avait des problèmes d’argent.
- Et ça peut être cool. Il a quand même naturellement une sale gueule.
- C’est vrai. Bon arrangez-vous pour qu’il soit ridicule, quand même, qu’il nous transforme pas ça en exercice de style.
- Tu peux nous faire confiance.
- On va lui mettre une frange.
- Et des costumes bien pourris. Il en reste encore de Dune que personne veut exposer dans les Planet Hollywwod.
- Bon, mais pour le réal, on cherche dans la star quand même ?
- Ouais. Ce qu’on fait, c’est qu’on chiade la bande-annonce, genre un an et demi avant la sortie.
- Genre avant de le voir en moule burne, il est roots : barbe, pull épais…
- …et il travaille pour de vrai : camions avec des grumes, bateau de pêche…
- Un truc arty.
- Avec de l’herbe et une corde à linge.
- Un truc genre Malick
- Un truc genre produit par Nolan
- Bon, ça, très bon. Tu l’appelles.
- Avec ça, on les enfume un max. Pour le film, je veux du rapide, du gras numérique, de la 3D, tout.
- Genre des zooms super brutaux et tout qui permettent de voir un dragon alien de près au moment du saut de l’ange du héros ?
- Genre. Bon, les cocos, je vous le dit franchement, va falloir faire la totale. Mais quand je dis la totale, je vous parle d’un budget pixel qui dépasse le PIB de la Belgique.
- La quoi ?
- Laisse tomber. Je vous dis « fête du slip à Hollywwod », vous me balancez quoi ?
- Des explosions ?
- Virez-moi ce con. Lâchez-vous bordel !
- Un schoolbus qui coule ?
- Bien sûr, qu’il est con.
- Des références au 11 septembre ?
- Ouais, bon, ça, ancrage réaliste, tout ça
- Une station pétrolière qui explose ?
- OK
- Un océan qui se vide ?
- OK
- Des vaisseaux à la Star Trek ?
- OK
- Une… une PLANETE qui explose !
- Ouais, bon, faites pas trop les marioles non plus. C’est un reboot. Oubliez pas que la dernière séquence est la bande annonce du 2.
- On va s’arranger. Mais tu l’auras, la planète qui explose.
- De la terraformation, putain !
- Rien bité. J’achète.
- Faut pomper sur les autres blockbusters. Qu’est-ce qui marche ?
- Des militaires et des missiles et des avions aimantés par le vaisseau alien : Independance Day.
- Des sauts dans l’espace : John Carter
- Des armures de ouf : GI Joe
- De la musique, à fond tout le temps avec des gros cuivres qui tachent et du gonflage de caisson de basse : celle d’Inception et de Dark Knight Rises
- Ouais, on prend tout ça.
- …et Twister !!!
- Quoi, Twister ? Le film qui joue à « Moissonneuse, vole » ?
- Ouais. Avec un gentil qui meurt.
- …parce qu’il voulait sauver son chien !
- Le père adoptif de super man et il veut genre pas qu’il le sauve pour garder le secret !!!
- Voilà, les mecs, reprenez de la coke, j’aime quand vous êtes créatifs.
- Putain, ça va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Tony's Theme
air guitariste
avatar

Nombre de messages : 9069
Date d'inscription : 08/04/2009
Age : 43
Humeur : Monochrome

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Ven 24 Jan 2014 - 9:13

Laughing 

_________________
« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. »
Benjamin Parker
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tonyclifton.net/
ELSD
la drogue, c'est mal
avatar

Nombre de messages : 2574
Date d'inscription : 29/12/2013
Age : 45

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Ven 24 Jan 2014 - 9:48

Magnifique, topissime !  Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 5100
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 37
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Ven 24 Jan 2014 - 9:51

Ça donne envie Laughing non je déconne.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
davcom
ancienne belgique
avatar

Nombre de messages : 6689
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 49
Localisation : 50 Degrés Nord

MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   Ven 24 Jan 2014 - 10:09

@ELSD a écrit:
Magnifique, topissime !  Laughing 

Ouais, sauf le passage sur le PIB de la Belgique.

Fais gaffe, mec.

Sinon, j'ai ri  Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....   

Revenir en haut Aller en bas
 
En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....
Revenir en haut 
Page 4 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 22 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....
» En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....
» En visionnage : DVD / Divx / vhs / Super 8....
» Super Weiss !! je suis amoureux PHOTOS IN !!
» MUSIC MAN Axis Super Sport - vibrato vintage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi :: Voir :: Ciné, télé, etc-
Sauter vers: