Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi

disques • foot • films • séries • images • livres...
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion
Compil Summer Tour 2017 ! liens dispo !

Partagez | 
 

 Les arcanes du blockbuster

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:05

(Réédition, à la demande du tôlier, des arcanes dans un topic dédié)
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:07



Hollywood, bureau des bouses de l’été.
Le téléphone sonne.
-Oui ?
- J’ai un pitch.
- Je t’écoute.
- Des robots géants fracassent des monstres géants.
- Continue.
- Avec des paquebots dans la gueule.
- En 3D ?
- Evidemment.
- J’achète.
- Y’a mieux.
- Oui ?
- On veut un auteur.
- Genre ?
- Un mec qui fasse un peu bander Télérama, tu vois, qui donne la crédible touch, histoire qu’on drague un peu l’auditoire qui généralement laisse ce genre de produit aux décérébrés du popcorn bucket.
- Nolan est pris, Spielberg aussi.
- Il reste Del Toro.
-Ah oui, pas mal. Genre Freud, baroque, tout ça. Ok, on vous le place.
-C’est parti.
-Bon, déconnez pas non plus, on respecte la charte de la bouse de l’été, hein ?
- Pas de soucis. 3D, images de synthèse à tous les étages, patriotisme de mes couilles, scenario confetti. Les intellos y verront du second degré.
- Genre ?
- Ben ce que j’ai dit : Des robots géants fracassent des monstres géants.
- Vous expliquez ça comment ?
- Ah non, c’est l’été, hein. On torche ça en cinq minutes dans l’intro. Après, un truc à la con, histoire d’amour, trauma infantile, le mec sur le retour qui veut plus entendre parler de robot, le sacrifice du général irradié, tout ça. Et des immeubles qui se cassent.
- du comique ?
- ah, tu fais bien d’en parler, on a rempli la case : les scientifiques sont drôles : un est déjanté, l’autre totalement coinsos. Il sait même pas dire des gros mots, genre. Et à la fin il apprend. Un peu.
-la résolution ?
- terrible, on s’est inspiré d'Independance Day. En gros, on sait comment aller chez les méchants pour les dézinguer. Une histoire de code barre.
- et la Del Toro touch ?
-Ron Perlman fera de la figuration pendant un quart d’heure, avec des costumes genre baroque.
-bon, emballé pesé, coco. Ah, j’oubliais : il faut une bombe atomique et un compte à rebours.
-Tu me prends pour qui ? C’est dans le pack.
-Putain, on va cartonner.

Il raccroche.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:08



Une table en acajou, ronde.
Une corbeille de fruits. Factices.
Des affiches aux murs.
Cinq hommes en chemise hawaïenne.

- Bon les gars, faut arrêter de tortiller du fion, il nous faut un reboot de Superman.
- Ouais.
- Carrément.
- Alors on met le paquet, hein. Vous me trouvez un logiciel pour réaliser ça.
- On a qui en stock ?
- Je m’en branle. Pas besoin d’avoir fait la Femis pour mettre des greluches devant des écrans verts, hein.
- A ce propos, pour le rôle-titre, j’ai quelqu’un.
- Ses attributs ?
- Des pecs, mon salaud, on dirait des tourtes.
- OK, tu le signes. Faites m’en un vrai bon gars, veuve et l’orphelin, tout ça. Pas de subtilité.
- Genre Christ ?
- Ouais. En lycra.
- Autour, vous essayez de mettre des vrais acteurs.
- Costner ?
- D’accord, mais il meurt vite.
- Russel Crowe, pour la epic touch ?
- OK.
- Et le méchant ?
- Michael Shannon ?
Tous se retournent et le dévisagent.
- Shannon, le bon acteur ? T’es con ou quoi ?
- J’ai entendu dire qu’il avait des problèmes d’argent.
- Et ça peut être cool. Il a quand même naturellement une sale gueule.
- C’est vrai. Bon arrangez-vous pour qu’il soit ridicule, quand même, qu’il nous transforme pas ça en exercice de style.
- Tu peux nous faire confiance.
- On va lui mettre une frange.
- Et des costumes bien pourris. Il en reste encore de Dune que personne veut exposer dans les Planet Hollywwod.
- Bon, mais pour le réal, on cherche dans la star quand même ?
- Ouais. Ce qu’on fait, c’est qu’on chiade la bande-annonce, genre un an et demi avant la sortie.
- Genre avant de le voir en moule burne, il est roots : barbe, pull épais…
- …et il travaille pour de vrai : camions avec des grumes, bateau de pêche…
- Un truc arty.
- Avec de l’herbe et une corde à linge.
- Un truc genre Malick
- Un truc genre produit par Nolan
- Bon, ça, très bon. Tu l’appelles.
- Avec ça, on les enfume un max. Pour le film, je veux du rapide, du gras numérique, de la 3D, tout.
- Genre des zooms super brutaux et tout qui permettent de voir un dragon alien de près au moment du saut de l’ange du héros ?
- Genre. Bon, les cocos, je vous le dit franchement, va falloir faire la totale. Mais quand je dis la totale, je vous parle d’un budget pixel qui dépasse le PIB de la Belgique.
- La quoi ?
- Laisse tomber. Je vous dis « fête du slip à Hollywwod », vous me balancez quoi ?
- Des explosions ?
- Virez-moi ce con. Lâchez-vous bordel !
- Un schoolbus qui coule ?
- Bien sûr, qu’il est con.
- Des références au 11 septembre ?
- Ouais, bon, ça, ancrage réaliste, tout ça
- Une station pétrolière qui explose ?
- OK
- Un océan qui se vide ?
- OK
- Des vaisseaux à la Star Trek ?
- OK
- Une… une PLANETE qui explose !
- Ouais, bon, faites pas trop les marioles non plus. C’est un reboot. Oubliez pas que la dernière séquence est la bande annonce du 2.
- On va s’arranger. Mais tu l’auras, la planète qui explose.
- De la terraformation, putain !
- Rien bité. J’achète.
- Faut pomper sur les autres blockbusters. Qu’est-ce qui marche ?
- Des militaires et des missiles et des avions aimantés par le vaisseau alien : Independance Day.
- Des sauts dans l’espace : John Carter
- Des armures de ouf : GI Joe
- De la musique, à fond tout le temps avec des gros cuivres qui tachent et du gonflage de caisson de basse : celle d’Inception et de Dark Knight Rises
- Ouais, on prend tout ça.
- …et Twister !!!
- Quoi, Twister ? Le film qui joue à « Moissonneuse, vole » ?
- Ouais. Avec un gentil qui meurt.
- …parce qu’il voulait sauver son chien !
- Le père adoptif de super man et il veut genre pas qu’il le sauve pour garder le secret !!!
- Voilà, les mecs, reprenez de la coke, j’aime quand vous êtes créatifs.
- Putain, ça va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:08



Une salle vitrée donnant sur une plage avec des vagues, des surfeurs, des bikinis et des lifeguards.
Autour de la table, notre équipe de choc : Kevin, Jason, John, Rick & Dick. En retrait, Stanley.
Chemises hawaïennes.
Stylos.
Tablettes.

John prend la parole.
- Les cocos, le boss s’énerve un peu. Il veut du sang neuf. Tout le catalogue Marvel et DC Comics est sur les rails pour les 15 prochaines années, on a la franchise Star Wars qui reprend ; il faut se distinguer. Balancez vos idées.
- Des mutants ?
- Laisse tomber, ils sont en plein prequel-reboot-remake des Xmen. Y a 29 tétralogies prévues.
- Heroic Fantasy ?
- Les gens ont les dents du fond qui baigne avec Jackson. Il parait qu’il veut battre Shoah de Lanzmann pour la durée du prochain Hobbit.
Silence gêné. Jason joue avec sa tablette. Rick et Dick avec leur stylo. Jason met les mains devant son visage, dans un geste qui, il l’espère, indique qu’il se concentre. John reprend.
- Vous êtes des larves, les mecs. Cherchez un truc qui a pas encore été traité.
- Les Zombies ?
- Putain, ouais, les zombies.
- Mais c’est pas très fédérateur.
- Trop violent
- Trop cloisonné.
- C’est là que vous intervenez.
- …
- Ouais, un film de zombies familial !
- Avec Brad Pitt !
- Les gars, je sens que vous tenez un truc. Allez, brainstorm sur le sujet.
- Euh, chef… on doit faire un synopsis intégral ?
- Putain, c’est qui ce stagiaire ? On adapte, glandu. Trouvez un bouquin, payez les droits, torchez-vous avec et regardez ce qui reste propre.
- Pas de sang.
- Pas de… ? Ouais, pas de sang. Trop fort.
- Et ils marchent vite.
- Ouais, comme ça on fait des séquences comme avec les goblins chez Jackson.
- En plus court, hein. On recentre : on a dit « familial ».
- Genre Brad Pitt avec des cheveux longs et mode casual.
- Avec un SUV.
- Et des gonzesses. Pleins de gonzesses.
- Ouais, c’est familial, ça.
- Genre « je dois laisser ma famille pour sauver le monde alors que j'avais justement quitté l'ONU pour faire des pancakes à mes filles chaque petit déjeuner du restant de mes jours. »
- Bien, Rick, prends un cookie. Travail, l’ONU, check. Famille, check. Patrie ?
- Ben consultant pour les élites qui sauvent le monde ?
- Les élites AMERICAINES qui sauvent le monde. Check.
- Mouais… C’est un peu naze, non ?
- Faut qu’il se sacrifie.
- Ouais, mais non. Familial, putain, tu suis ou merde ?
- Genre Christ familial, alors. Il meurt pas mais IL AURAIT pu parce qu’il a failli.
- OK.
- Moi, chef, moi : il marche au milieu des zombies parce que c’est devenu le seul qu’ils peuvent pas bouffer !
- Genre Moïse qui ouvre la mer rouge, quoi.
- Ouais. En Christ. Qui ouvre les lépreux.
- Ah, j’y pense : Pepsi a des ronds. Placez-moi leur cannette à ce moment-là, dans la séquence émotion.
- Maintenant, faut quand même qu’on respecte la charte du film d’épouvante. Go !
- « ah, zut, le mur génial de protection qu’on avait prévu parce qu’on est des malins n’est finalement pas assez haut »
- Oué, et là tu fous la séquence goblins.
- « ah, zut, fallait pas faire du bruit et je shoote dans une canette »
- Malin, celle de Pepsi ! C’est bien, Jason, pour une fois tu sers à quelque chose.
- « ah, zut, je te dis que tu sais pas ce que c'est d'avoir une famille mais en fait tu savais, c'est juste qu'ils sont morts je me sens bête, c'est dur pour tout le monde en fait une invasion mondiale. »
- « ah, zut, les antidotes sont dans l'aile B infestée de zombies. »
- On pourrait faire un truc de ouf. Genre found footage, voyez, chef : on voit par les caméras de surveillance comment il se débrouille chez les mutants.
- Les Zombies, putain !
- Ouais, spareil. Mais genre on va pouvoir commenter ce qui lui arrive, au cas où les bouffeurs de popcorn ne comprendraient pas.
- Développe.
- "Oh merde" ( = danger).
- "Oh mon Dieu" (= gros danger).
- "Il a réussi !" (= il a réussi).
- Ouais bien, bien. J’crois qu’on a fait le tour.
- Si je peux intervenir, on a oublié la case « Référence intelligente à l’actualité dans un soucis d’ancrage réaliste qui donnera des arguments aux Inrockuptibles ».
- Bien, Stanley. C’est ton rayon, ce truc. Féloche pour la dernière fois, d’ailleurs.
- ?
- Tu sais, Del Toro pour Pacific Rim. Ils sont complètement tombés dans le panneau.
- Merci, chef.
- Et là, donc ?
- 11 septembre ?
- Non, on a dit qu’on arrêtait pendant deux films, au moins.
- Bon. Invasion mondiale = problèmes globaux. Conflit israleo-pal.
- Le mur, chef, le mur !
- Quoi, le mur ?
- Le mur pas assez haut. Le mur des lamentations, tout ça. On le fout à Jérusalem.
- Ouais.
- Et genre contre l’adversité, les barbus et les circoncis s’entendent.
- Ouais. Comme la strip teaseuse qui fait une soirée feu de camp avec la présidente dans Independance Day. J’achète.
- Et pourquoi ils se font quand même massacrer, alors ?
- La joie des retrouvailles ?
- Les trucs qui font, les arabes, vous savez, les bruits d’animaux femelles, là… pour les fêtes.
- Putain, c’est pas raciste, ça ?
- Mais non, c’est marrant ! Ils font youyou et ça attire les aliens !
- LES ZOMBIES, connard !
- Oui, bon.
- Bon, il a raison, c’est marrant. On le met. Je crois qu’on a fait le tour des trucs importants.
- …
- Euh, la fin, bande annonce du 2 ?
- T’as pas des questions utiles, Rick ?
- Putain, on va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:09



La table en acajou, la corbeille de fruits, tout ça.
Aujourd’hui, grand soleil.
Comme toujours, en fait.

- Bon, qu’est-ce qu’on a aujourd’hui ?
- Neill Blonmkamp, chef.
- (crache son café) Putain, c’est quoi ce nom encore ?
- Vous savez, District 9.
- Nan, je sais pas.
- Le truc sur l’apartheid avec des aliens à la place des noirs.
- Ah, ouais.
- Bon ben c’est lui. Il attend les directives pour son nouveau film.
- Vous l’avez mis dans quoi ?
- Attendez, je regarde… Blockbuster du tiers-monde.
- Ok. Bon, l’immigration, tout ça, société dystopique. On reprend la même idée, mais sans aliens. Ils étaient vraiment trop moches.
- On met Matt Damon à la place.
- Ouais. Faites m’en un Christ.
- On avait pensé, chef, un début en flash-back…
- Avec des échos sur les voix
- …où une bonne sœur lui dit qu’il est l’élu…
- En lui donnant un médaillon qu’on revoit genre à la fin
- …et après il se sacrifie pour les pauvres et tout.
- Genre Mère Theresa
- …en sexy.
- La bonne sœur ?
- Nan, Matt Damon.
- Ouais, c’est bon, allez-y. Mais faites simple, hein, y’a des chiards qu’on pas tout compris à Oblivion.
- C’est pour ça, chef, qu’on a demandé aux stagiaires de collège de l’open space du 2ème étage de nous donner des pistes. Je vous restitue la synthèse de nos briefings. « Pour chez les pauvres, il faut genre des graffitis sur les murs, mais chez les riches les murs y sont blancs et propre et style SF du futur ».
- Ok.
- « la méchante une meuf stylée genre elle boit un café pendant qu’elle dézingue des bougnoules »
- Des « bougnoules » ?
- Oui, on savait pas au début, pour les immigrés. C’est une appellation de travail.
- Mettez des américains et des latinos.
- Et en haut, chez les riches ?
- La nana, faites-la parler français. Et rajoutez un mercenaire ultra sadique au nom germanique, genre qui rappelle les dominateurs d’Afrique du Sud.
- Jaeger ?
- T’es con, c’est le nom des robots géants dans Pacific Rim.
- Kruger ?
- Ouais, Kruger.
- Euh, chef, pour revenir au café au centre de commande : c’est déjà dans Avatar.
- Et alors ? c’est les jeunes qui veulent. Autre chose ?
- (Brandon consulte ses notes) « il faut une armure de ouf ».
- C’est vague.
- Vous inquiétez pas, on a travaillé dessus : exossature.
- Classe.
- Mais version immigrée : avec un peu de sang, un écran genre seulement 3 pouces et monochrome, voyez.
- Favella Ninja, genre.
- Putain, chef, vous gérez. Favella Ninja, on va le mettre.
- Continuez.
- Les jeunes me disent aussi « y a plus les ralentis et le bullet time Matrix, ça craint »
- Foutez-en.
- On a trouvé des balles aérobroyantes, ça claque sa mère. C’est une idée de Bryan, on a tous kiffé au brainstorm, il l’a essayée ensuite sur les réseaux, avalanche de likes.
- Bien. Mais le reste du temps, comme c’est un film Tiers Monde, vous me faites du caméra à l’épaule, genre amateur pauvre.
- Avec la caméra qui saute avec les balles, je filme mal au plus près du combat, comme les actus en Syrie.
- Voilà. C’est l’idée. Tu prends le JT, les villes du Sud, Sangatte, Lampedusa, et tu m’en fais un divertissement.
- Justement, on a bossé sur une mine antipersonnelle. On se disait, le truc dans le sol, c’est un peu naze visuellement. Donc là, elles volent, elles se collent, tu les vois qui brillent et ensuite, télécommande, bouton, et le mec finit en lasagnes Spanghero.
- Bon boulot, les gars. Pour la musique, vous me trouvez une voix qui fasse oriental, avec les cuivres qu’on a depuis Nolan.
- Les POOOOOOOOOINNNNNNNNN, POOOOOOOOOINNNNNNNNN, chef ?
- Oui, les POOOOOOOOOINNNNNNNNN, POOOOOOOOOINNNNNNNNN. Exactement. Ah oui, j’ai eu un SMS, les stats montrent un rebond du cinéma asiatique.
- …
- …
- Des arbres en fleurs dans le combat final ?
- Ouais, faites ça. Bon, je crois qu’on a fait le tour.
- Euh, attendez, chef, c’était l’avis des garçons du collège. Y a celui des filles, maintenant.
- Putain, magnez-vous, foutez-tout, qu’on en finisse.
- Je vous dis juste, je résume : infirmière, petite fille, leucémie, amour d’enfance, tatouage pour le rappeler, kidnapping « genre presque viol tu vois », et tout le monde guérit à la fin.
- Oui, bon, comme je dis, vous foutez tout. Faut que j’y aille, on m’attend pour le golf.
- Mais, euh, chef… pour la fin, on fait comment ?
- Mais putain, mais comme à chaque fois, bordel ! On change le programme informatique, on met « tout le monde » riche à la place de « que riche » riche, et les noirs courent se faire guérir comme dans les campagnes de Médecin du Monde, c’est quoi ces question de merde ?! Vous avez aucune autonomie, ou quoi ? Un logiciel pourrait l’écrire, ce scenario !
- Mais il meurt quand même en Christ ?
- Oui, on y tient ça.
- On met un « There’s no coming back from this » avant qu’il appuie sur le bouton “enter”.
- Ouais, trop bien. Chef ?
- Il est parti.
- Pas grave. Putain, on va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:10



La table en acajou, les fruits en plastiques, la baie vitrée sur la baie, il est 9h30 et les expressos fument.

- Et un film sur la magie, chef ?
- Genre David Coperfield, Siegfried et Roy, tout ça ?
- Ouais, genre, mais sans les tigres.
- Pourquoi pas. Mais ça va être dur d’adapter ça au goût du jour.
- Chef, j’ai là Dick. Dick vient de la grande distribution, il est désormais consultant.
- On t’écoute, Dick.
- Bon, spa compliqué, chef. Quand nos yaourts sont dans les rayons depuis trop longtemps, ils font partie du décor, on les voit plus. Alors on « évolue en gamme ». Le secret, c’est « toujours plus ». Plus de morceaux, plus de fruit, goût plus crémeux, plus de saveurs différentes
- Ah ouais, j’ai vu « tarte tatin aux pommes de Normandie moulée à la louche par Henriette, fermière sexy » sur le mien hier à la cantine.
- Voilà. Et faut mettre aussi des « nouveau » : nouvelle recette, nouvelle texture, nouvelle présentation, etc. Et des labels qui servent à rien. Genre « au bon lait de nos éleveurs »
- Ah ouais, classe.
- Pour le film, vous faites pareil.
- Je vous écoute, les gars.
- Plus d’acteurs !
- Ouais, trouvez-moi tous les jeunes cakes du moment.
- Et une française qu’on voit dans les pubs pour les grands couturiers.
- Et un vieux.
- Et un noir.
- Prenez Morgan Freeman, il compile tout ça.
- Il est chez les grands couturiers ?
- Putain, Dick… Allez, on continue.
- Plus de musique !
- Plus de travellings à 360° !
- Plus d’effets numériques !
- Ouais, des cartes lumineuses !
- …et des façades d’immeubles en 3D qui bougent !
- Ouais, on tient un truc. Faudrait un réal qui fasse ce genre.
- On a un connard de français, qui fait que des merdes chez nous, ça prend bien.
- Pitof, le mec de Catwoman ?
Silence brutal autour de la table. Tout le monde se regarde, gêné. Brad se lève et va faire son carton.
- Je pensais à Leterrier, il a fait des trucs de Titans.
- Ouais, prends-le, c’est bien les étrangers, ils font n’importe quelle merde pour être sûr qu’on les garde.
- Bon, mais la magie, chef ?
- La magie, c’est pas compliqué. En gros, on vous entube, on vous fait regarder dans une direction pendant qu’on vous enfile par l’autre.
- Genre les effets numériques, alors qu’on a pas de scenar ?
- Oui bon, évidemment, mais ça on va pas leur dire. Faut des twists. Plein.
- Comme dans Sex Crimes ?
- Voilà, en pire. Un mec meurt dans une voiture, en fait il était pas mort, on se dirige dans une direction, en fait il fallait aller de l’autre côté…
- Genre on prend tous les acteurs et ils sont chacun leur tour suspect, et à la fin, le plus improbable, ben c’est le type qu’on cherche.
- Chef, chef, genre le mec qui le cherche c’est le mec qu’on cherche !!!
- Ouais, t’emballe pas, hein, mais voilà, on fait ça.
- Ce qui est bien, c’est que pour le dossier de presse à destination des français, on peut leur mettre un truc de merde qui va leur faire croire que c’est classe. Tu nous ponds ça, Stanley ?
- « une habile construction baroque qui, en creux, définit le talent de l’illusionniste consistant à attirer l’attention du spectateur pour mieux le manipuler »
- Merci, Stanley.
- Putain, on va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:11



Nous sommes en 1991.
Les portables ressemblent à des talkie walkies et ont fait encore des décors en carton.
L’équipe autour de la table a encore le droit de fumer au bureau et les gays ne disent pas qu’ils le sont.

- Bon, les gars, on a Spielberg qu’est sur Peter Pan.
- Je croyais que c’était Michael Jackson.
- Oui, mais là, c’est un peu différent. Il veut en faire un film.
- Y’aurait pas mal de films qui trainent aussi, sur Jackson et Peter Pan…
- Bon, Rick, arrête tes conneries. On lance le brainstorm.
- On s’inscrit dans le film Famille, chef ?
- Non, on pensait le faire en PG17, connard. On a du budget, c’est Spielberg, il y tient à son truc de gosses, faut mettre le paquet. On part sur 2h15 de film, je veux imprimer la rétine pour que les gens veuillent le revoir à la maison.
- … Bon, je pensais à un Peter Pan genre vieux, il a oublié qui il était et il est devenu normal.
- Il travaille, beaucoup.
- Ouais, tellement qu’il a un téléphone portable, tout le temps.
- Et il a peur de voler.
- Et il s’occupe pas de ses enfants, alors qu’il voulait pas grandir avant.
- Genre il va pas au match de baseball.
- Grave. D’ailleurs, n’oubliez pas de dialoguer avec l’époque. Faut dépoussiérer Peter Pan.
- On met le baseball chez les pirates, chef ?
- Ouais. Et du basket chez les cassos, je sais plus leur nom, là.
- Les enfants perdus. Foutez-moi toutes les minorités chez eux.
- Un noir
- Un obèse
- Un asiatique
- … un roux !
- Un handicapé ?
- Non, déconne pas non plus. Comment il fait du basket, après ? Bon, quand vous avez tout le clip de « We are the world », vous me foutez ça dans un décor de parc d’attraction.
- Avec des wagons
- Et des plumes
- Et des hamacs
- Et des batailles de bouffe à la cuillère.
- Voilà. Mais laissez un petit substrat de ouech banlieue, pensez aux pauvres qui iront payer leur ticket.
- Genre ils sont habillés en gangsta ?
- Genre des batailles de punchlines ?
- Genre. Et n’oubliez pas, le maitre mot, c’est la COULEUR. On en veut PARTOUT. Un truc à vous faire passer Le Magicien d’Oz pour un documentaire de Dreyer sur l’apostasie.
- De qui ?
- Sur quoi ?
- Laissez tomber. La morale ?
- Ben à la fin, il joue au baseball et il prend son téléphone pour une balle.
- Famille, famille, famille.
- Et la fille ? Il a une fille aussi, non ?
- Ouais, bon, la fille, elle chante des chansons déguisée en Barbie et elle a sa mère, qu’elle fasse pas trop chier non plus. Pour le côté sexy, vous avez qu’à me foutre Pretty Woman en collants en fée clochette et les papas seront contents.
- Putain, chef, si je peux me permettre, on va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:12



Tout le monde est là depuis 20 minutes, mais le chef tarde. On sent une certaine fébrilité autour de la table. Personne n’a osé toucher à son nespresso.

- Il parait qu’il était furieux des résultats de Lone Ranger
- Ouais, on a intérêt à assurer auj…
- Salut les tanches. Bon, je suis en retard, et je vous emmerde.
- Bonjour, Chef. On avait pensé à…
- Vos gueules. Eteignez-moi ce vidéo projecteur.
- Bien, chef.
- Bon, écoutez-moi. C’est vendredi, j’ai des envies de sodomie. En masse.
- …
- Alors vous allez assurer. Les stats font ressortir une lassitude des adaptations des superhéros de mes couilles. Je veux un scénario original.
- Mais, chef…
- Ta gueule, j’ai dit. Je sais que vous savez pas faire. On va se démerder. En gros, un film d’action avec des terroristes, des balles et des explosions. Rick, cherche les hits des 30 dernières années.
- Chiffres et culte, le logiciel fait ressortir Die Hard et 24, chef.
- Voilà, vous l’avez votre scénar, tas d’endives. Brainstorm. Je vous préviens, le premier qui flanche, je l’envoie chez les créatifs d’Europa avec Besson. Là-bas, y’en a qui saignent des yeux. Dick, tu commences : top des éléments à pomper de Die Hard.
- Le marcel blanc, divorcé, bad boy et proscrit, seul contre tous, 50.000 balles sur lui et il saigne du nez, se réfugie sur un ascenseur, il choppe les talkie-walkie des méchants, des terroristes blancs, la fausse rançon, la 9ème de Beethoven pour orchestrer qu’on est méchant.
- Son nom ?
- Euh… John Mc Lane… John Cale ?
- John Cale, en référence au musicien ?
- Ta gueule, Stanley. La caution Inrocks, c’est pour plus tard. Bien, le nom. John, sur 24 :
- Portables, vidéos, hackers, satellites, mallettes nucléaires, bombardement imminent du lieu où on se trouvent les gentils.
- Bon. C’est pas mal. Maintenant, on actualise et on en rajoute. On a l’image de synthèse, c’est buffet à volonté. Pensez bien « sodomie ».
- Un hélicoptère qui rentre dans la maison blanche et soulève la cravate d’un gentil.
- Un char qui tire sur une voiture qui tire sur la limousine qui tourne autour d’une fontaine avant de finir dans une piscine !
- On peut faire péter la maison blanche !
- Ah, oui, je vous ai pas dit, c’est Emerich qui réalise. Il l’a déjà fait péter dans Independance Day.
- On fait un clin d’œil, alors. Genre le guide dans le début il dit là c’est ce qui pète dans ID.
- Putain, ça claque. Allez, on enchaine.
- Des bombes, puis des javelins, puis des missiles sur Air Force One, puis la 3è guerre mondiale !
- Et chef, de l’humour. Des vannes.
- Ouais, pour ça faut un président noir, ironique et tout, qui fait des checks sur Youtube, qui dit Fuck You au méchant et talonne la tronche des terroristes avec des Jordan qu’il veut pas salir.
- Et chef, de la famille : une fille partie faire pipi, et genre elle filme les méchants avec son smartphone et toutes les télés du monde savent que c’est elle alors elle devient otage et…
- Mais elles donnent son nom, les télés ? C’est pas totalement con ?
- Rick, on a dit sodomie, tu suis, merde ?
- …et au début il a loupé son spectacle de twirl drapeau alors qu’il voulait être dad of the year et genre elle l’appelle par son prénom, même pas papa et…
- Calme-toi, Dick !
- Nan, laisse-le, et note, on prend tout.
- …en fait elle est la jeunesse, tu vois, elle présente la maison blanche via Wikipédia et elle devient star mondiale avec 700 millions de vues sur Youtube, et elle arrête le bombardement avec son twirl drapeau, au ralenti, vue par les avions qui genre enlèvent leur masque à oxygène et disent « Abort, abort » parce que ça se fait trop pas de bombarder une teenager qui fait du twirl au ralenti, et comme ça son père il voit son show à la fin comme la terre entière et les gens ils appaudissent.
- OK.
- Et les chaines de télés elles disent tout le temps à quel point elle est géniale.
- OK. Maintenant, Stanley, pour le dossier de presse à destination des français, tu nous chies un truc. T’as 4 secondes.
- Euh, attendez… « L’écriture délicate et précise installe un lacis de personnages subtilement emmêlé… » et, euh… « L’agilité de White House Down réside alors dans une topographie à deux étages : l’astucieuse connexion qui lie ce réseau d’individus et de volontés à un programme classique d’explosions en série.»*
- Voilà. Vous restez ici, bandes de fiottes, et putain, on va cartonner.

* citations authentiques tirées des Inrockuptibles, critique de Théo Ribeton, le 3 septembre 2013 : https://www.lesinrocks.com/cinema/films-a-l-affiche/white-house-down/
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:13



Jus de pamplemousse pour tout le monde, aujourd’hui.
Organic.

- Salut les bulots. Bon, je reviens d’un feedback avec les huiles, et si y’a bien une chose qu’est claire, c’est que vous êtes pas foutus de nous expéctorer un scénar original.
- Chef, si je puis me perm…
- Toi, ta gueule. Les twists d’Insaisissables, j’en ai encore des migraines intestinales. Bref. Rick vous a mailé pour que vous dégottiez des pavés à adapter sous forme de franchise. Hors Marvel, j’entends. Je vous écoute.
- J’ai la saga des Martine, moi. Les droits sont pas chers.
- La Petite Maison dans la Prairie. 7 volumes.
- Ou L’Astrée, un roman précieux du XVIIè siècle qui fait 5400 pages. Vous énervez pas, chef, je déconne. J’ai ce qu’il vous faut. Le Cycle d’Ender. Onze romans, de la SF. Une référence dans le genre, prix Hugo, tout ça. C’est l’histoire de…
- Ok, ok, surtout pas de phrases. Des mots clés.
- Elu, simulation, militaire, extraterrestres, xenocide.
- Putain, xenonide, excellent. Et c’est ?
- Ben le massacre d’une population extraterrestre, quoi.
- Bon, les autres, au lieu de remplir vos verres de la cervelle qui vous coule du nez, vous vous agitez la couenne pour me customiser tout ça.
- On adapte le 1er volume ?
- Ouais. Ça doit durer deux heures, au bas mot.
- Je sais pas si...
- Rien à foutre. Un film par volume. Si ça cartonne, vous connaissez le concept : deux films, voire trois pour un seul bouquin. Remplissez.
- C'est que ces histoires de stratégie et de réflexion, c'est assez complexe, quand même. On nettoie tout ça.
- Ouais, la ligne directrice, c’est le jeune Ender, il est l’élu, quoi. Il va chasser les aliens qu’ont déjà tué des millions d’hommes et qui prévoient de revenir. On a des films de l’époque, on les repasse en boucle pour former les djeuns.
- Top Gun, quoi.
- Ouais, en moins gay. Version prépubère.
- Tout le monde croit qu’il est nul, mais en fait il est super.
- Foutez lui un look de gosse d’hôpital ; bien pâle, tronche de fouine, yeux globuleux, tout ça.
- Après, ben il réussit tout. Et on fout un vieux qui se lève de sa chaise en se disant « ouais putain, c’est vraiment l’élu ».
- Ça va pas être un peu chiant ?
- Pas si t’as 5 ans.
- D’âge mental.
- Après, vous me faites un mix entre Full Metal Jacket et Les Choristes : des rivalités de gosses, des matchs d’entrainement, et le blanc bec qui commande tout le monde.
- Donc un chef noir qui gueule, des agressions dans les douches.
- Et des chefs de bandes et des matchs ou on applaudit à la fin.
- Ah oui, Lakshmi Mittal est rentré dans le capital du studio. Saupoudrez moi tout ça de curry.
- Et chef, on avait dit la dernière fois, le prochain film dans le futur, on met « salam aleykoum » dedans. Vous vous souvenez, c’est le pari que Dick a perdu, rapport au match…
- Ouais, c’est vrai, j’ai qu’une parole. Mettez-le. Ça sera marrant.
- Après, bon, ben c’est des simulations, vous me foutez des écrans partout, des jeux vidéo et comme on est dans le futur et que le futur a pas progressé depuis 12 ans, les gens s’envoient des emails et bougent les images avec les mains comme dans Minority Report.
- Mais ça va que être des enfants qui jouent aux jeux vidéo pendant deux heures ?
- Ouais, mais à la fin on rajoute un truc SF qui tue. Mick, t’avais bossé là-dessus, on en a parlé au sauna.
- Ouais : l’UMD 500, ma chatte.
- Développe.
- Une Unité de Destruction Moléculaire, une grosse teub de la taille de la Corse qui te désagrège une planète à la vitesse d’une gastro un soir de sangria au Sénégal.
- Putain.
- Eh, on fait pas les choses à moitié, hein. 50 ans de travaux, 70 milliards de budget.
- OK. Et les twists ? Rick ?
- Ouais, du lourd, chef. On se rend compte les enfants, c’est des enfants, et que c’est pas cool de leur apprendre à tuer. Et après, que le jeu vidéo, en fait c’était pour de vrai. Donc il est triste d’avoir tué les fourmis en vrai.
- Les insectes sont nos amis. Il faut les aimer aussi. Comme nous ils ont une âme.
- Putain, ça me rappelle un truc. Sérieux, on met ça ?
- Ouais, sinon ils vont encore dire que c’est promilitariste. On soigne notre aile gauche. Après Napoléon et César, genre il devient Gandhi des dorryphores.
- Bien pour Mittal, ça. Bon, on la tient, notre bande annonce de deux heures.
- 1h54, à mon humble avis. Avec un générique d’1/4 d’heure pour les effets numériques, ça se tient.
- Putain, on va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:14



Jour de pluie. Même les fruits en plastique de la corbeille sur la table semblent maussades, et la pomme se colore d’un rouge étrange dans la clarté grise de cette fin de matinée.

- …et donc les robots sont reprogrammés pas les aliens de surface qui doivent affronter les clones de la post humanité pour permettre un reboot.
- Ouais, c’est à chier. Bon, de toute façon, comme je vous ai dit, on a un intervenant extérieur aujourd’hui. Tiens, le voilà justement. Messieurs, je vous présente Ronald McGodald, éminente figue du Tea Party et actionnaire de notre studio. Je vous laisse la parole.
- Bonjour à tous. Je ne suis pas très doué pour les discours, mais nous venons vous proposer de traiter les racines narratives de notre civilisation, à savoir la Bible.
- Voilà. Nous, on adapte.
- … Putain, chef, c’est quand même gros, comme bouquin.
- On segmente, crétin. Y’a un putain de potentiel, Scott est déjà sur Moïse.
- Ouais, c’est hyperviolent et plein de sexe, le Bible. Rappelle toi dans Orange Mécanique. Y’a de quoi s’éclater.
- Ce n’est pas l’idée ici, Monsieur. Nous vous proposons de commencer par l’arche de Noé.
- Ah ouais, c’est sûr, y’a que les animaux qui copulent là-dedans.
- Bon, vous avez entendu le monsieur.
- Bon, pour les effets numériques, c’est tout vu, on reprend ceux de 2012 et on est pénards.
- Nous souhaitons un rappel de la genèse.
- La jeunesse de Noé ?
- La Genèse, connard. La création du monde.
- Ouais, super idée, je vous fais ça en stop motion, on voit le trajet des têtards qui sortent de l’eau et se transforme en singes qui dev…
- L’homme ne descend pas du singe.
- Ah, merde, oui. Ben on s’arrêtera au singe, ça sera classe quand même. Et je vous prends la pomme du générique de Desperate Housewives pour le fruit défendu.
- Bon, je récapitule : un déluge, la création, le péché originel. J’ai un court métrage, là.
- Y’a pas de méchants.
- Si, le serpent. Je vais vous faire un truc bien vert, vous verrez.
- Ouais, bon, faut étoffer. Si je me rappelle, le tsunami divin, c’est une sorte de chasse d’eau, un reboot de l’humanité qu’est devenue sodomite et tout. Y’a de quoi fa ire.
- Ouais, genre La Route, ils se bouffent, se violent et tout !
- C’est en effet cette direction qu’il faudrait prendre.
- Bon, parfait. On a des méchants à la pelle, ils veulent assaillir l’Arche, combat épique sous la pluie, nickel.
- On peut pas rajouter des créatures de Dieu ?
- Des anges ? ça craint.
- Nan, des robots, genre. Des anges déchus tombés sur terre et fait en arbre, comme dans le Seigneur des anneaux, une main d’œuvre rapide pour l’arche.
- En cailloux ?
- Ouais, des gros pour booster le caisson de basse et tout, et qui te marmeladent la gueule des vilains humains.
- Pas mal.
- Et quand ils meurent, ils redeviennent des anges avec un super effet de colonne de lumière vers chez Dieu pendant la pluie.
- Bon, Rick, tu t’occupes du design des Transformers biologiques mysticodégradables.
- Pour le reste, on est toujours dans les thèmes très écolo, faut relier ça au Livre.
- Les hommes sont méchants parce qu’ils sont pas végétariens.
- Voilà. Et Noé salue les cadavres des animaux, comme dans Avatar, le tout dans les décors de Walter Mitty.
- Chef, moi : Le méchant rentre en clandestin dans l’Arche, il mange des animaux et tout, et il veut se taper toutes les femelles.
- Tu vas trop loin.
- Non, je voulais dire les femelles humaines.
- Ah oui, d’accord alors, mais on le tue avant.
- Bon, ben je crois qu’on a fait le tour.
- Et pour Noé, on prend Chris Hemsworth ?
- Non, nous souhaitons quelqu’un de plus respectable. N’oubliez pas que Noé a vécu jusqu’à 950 ans.
- Ah, oui, désolé, j’oubliais. Bon, ben Clint Eastwood, alors ? Il est bien sénile, en ce moment.
- Arrête, Dick. Je pensais à Russel Crowe. Regard délavé de chien battu, voix caverneuse pour délivrer des super morales…
- Ouais, genre “This is not the end. It’s the beginning”
- Voilà, t’as tout compris.
- Bon, on lance la production. Autre chose, Ronald ?
- Nous désirions un dilemme moral intense.
- …
- Croisons par exemple, le dévouement de Noé au sacrifice d’Abraham.
- Putain, chef, je suis perdu.
- Expliquez-vous, Ronald.
- Que les fils de Noé n’aient pas de femmes. Que Noé prévoie l’extinction complète de la race humaine, pour accomplir le dessein de Dieu.
- Oui, mais elle continue quand même, non ?
- Putain, ouais, ça nous fait un suspense de sa race. Noé veut pas de descendance et tout, mais les jeunes un peu.
- Ça permet de mettre un peu de sexe.
- Pour la procréation, nous voulons bien l’admettre.
- Et donc il y a une femme, mais on croyait qu’elle était stérile, mais en fait non, twist, mais Noé veut donc tuer les enfants si c’est des filles, suspense, c’est des jumelles, twist, il va pour les tuer, suspense…
- Le dilemme moral doit atteindre une véritable dimension cathartique, en effet.
- Putain, c’est du Soap sauce roots, j’adore.
- Bon, elles vivent, bien sur, et ils repeuplent la terre et tout.
- Mais chef, comment ça se passe au juste ? Les frères de Noé sautent leurs nièces ?
- … ah ouais, merde. Bon, on aborde pas cette question, hein. On leur met un fucking double rainbow à la fin et tout le monde est content.
- Dieu soit loué, nous allons cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:15



La corbeille de fruits, en métal chromé rutilant, contient aujourd’hui 25 pommes, 25 poires, 18 bananes, 9 melons, 5 pastèques, le tout en pyramide. Au sommet, de la chantilly.

- Beats, Bud Light, Pokemon, les produits chinois, Monument Valley, check.
- On est bon, chef.
- Ok. Ligne de conduite pour cet épisode : on change tout. Les acteurs, l’ambiance, plus dark, moins de bouffonnerie à la Big Mama.
- D’accord. Les gentils sont maltraités par les hommes, mood Patriot Act tu vois, on veut plus d’aliens, on les traque et tout.
- SALUT !!!
- Ah, M. Bay, on ne vous attendait pas en préprod. Vous êtes le bienvenu.
- …
- Je VEUX, mon salaud.
- Pourquoi il crie, chef ?
- Il fait toujours ça, ta gueule. Bon, je reprends. Scénar complexe : les hommes chassent les robots non sans avoir volé leur technologie à des fins militarocapitalistes.
- Avec les Chinois, donc.
- Voilà.
- Donc nouvelle race customisée, créatures de Frankenstein qui se retournent contre nous, boum boum chez les esclaves modernes.
- Bien.
- Bien.
- Et SI on mettait des DINOSAURES ?
- Euh, oui, d’accord.
- Et une TROISIEME RACE genre au service des CREATEURS qui délivrent le SEMENCE, qui donne tous les pouvoirs pour créer, et qui est une BOMBE ATOMIQUE avec un retardateur qui risque de TOUT PETER ?
- Je suis un peu perdu, là. C’est qui les gentils ?
- Les Autobots, crétin. Après le reste, on s’en branle. Laisse le filmer, les gens regarderont de tout façon ça comme une bande annonce.
- Ou une pub.
- Ouais. De 3 putain d’HEURES.
- Ah oui, quand même. On va raccourcir un peu, M. Bay. Allez, 2h45, sinon ça réduit le nombre de diffusions par jour dans les salles.
- J’ai des IDEES, mes connasses, vous pouvez PAS IMAGINER. Tous mes héros en CONTRE PLONGEE, des HELICOS PARTOUT, des colonnes de HUMMER, des GERBES D’ETINCELLES dans deux plans sur trois.
- Et sinon, la pouf, on fait comment ?
- Soft, y’a Ronald McGodald* qu’est aussi à la prod. Il m’a laissé un post-it : « une jeune adolescente certes désirable, mais qui saura faire les bons choix en terme de famille et de fidélité. »
- On revient à la dimension humaine, c’est important. Il faut voir les muscles du héros et de son gendre qui bastonnent sévère, ils aident Optimus, les hommes sont bons. Ils ont des devises, tout ça.
- Ouais et le méchant sa devise c’est I DON’T CARE.
- Et un GI se prendra une gifle d’un PNEU DE BAGNOLE.
- Et ils AIMANTENT tout le métal de Hong-KONG et le font retomber, PUTAIN les barres de bus et de paquebots, de haches, de…
- Faisons-ça, oui.
- Et les dino CRACHENT DU FEU chevauchés par Optimus, et…
- Ah oui, j’oubliais, les dinosaures. Ecoutez, M. Bay, allez-y, vous…
- DINO + AUTOBOTS + ALIENS + SPACESHIP + 50 PUTAIN de NOUVEAUX modèles crées par les hommes qui défoncent le pays du Nuoc Man, des PARPAINGS qui volent comme des M&M’s…
- Tenez, prenez cette porte là-bas, elle mène directement au plateau…
- Je vais vous faire PETER LE CAISSON DE BASSE, vous allez VIBRER des INTESTINS, je vous…
- On voit ça dans 6 mois pour les screentests, hein ? Raccompagnez donc M. Bay, Jack.
- …
- Putain, il est parti.
- On l’entend encore, chef, écoutez :
- PUTAIN ON VA CARTONNER !!!
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:16



1997. Grosse effervescence autour de la corbeille de fruits en plastique.

- Voilà, comme vous le savez, on est ENFIN reparti pour une trilogie Star Wars.
- Tout est prêt, chef. On a déjà Lego, Pizza Hut, Coca, Pepsi, Happy Meal, Nestlé, Toys “R” Us, Tampax, Sheba, Viagra, …
- Oui, il reste plus qu’à faire les films, en fait.
- L’avantage, c’est qu’on doit faire l’épisode I. Donc en fait, le scénar est déjà fait. En gros, l’enfance de Darth Vader.
- Comment il est devenu méchant.
- En trois films.
- Ah oui, merde, quand même. Va falloir habiller tout ça. Bon, Bryan, tu nous as fait le pack Star Wars.
- Voilà chef : il faut des vaisseaux, un bouclier à désactiver, une bataille dans l’espace, de l’humour, des robots, des sabres lasers, de la Force.
- Et tous les bruits qui vont avec. On va kiffer.
- Et de l’amour, chef.
- Bon, ben voilà. Vous me faites ça fois dix pour les effets spéciaux, et au tiers pour l’intrigue. Faut ajouter de quoi faire plusieurs jeux vidéo. Genre une course.
- Ouais, dans le genre épique, un Ben Hur numérique.
- Et pour le sabre laser, j’en veux plus.
- Un double ?
- Ouais, un double.
- Et le méchant ?
- On va pas se faire chier non plus. C’est un méchant. Mettez-lui un maquillage de satan, évitez qu’il parle. Son job c’est d’être méchant et d’avoir un double sabre laser.
- Trop cool.
- Ah j’oubliais justement. Voici Justin, qui sera notre consultant.
- …
- Et je vous arrête tout de suite, il est en service commandé. Vous retenez ce qu’il dit.
- Ok, chef.
- Justin, tu interviens quand tu le sens.
- Y’a une question majeure, chef, c’est donc les origines d’Anakin. Père de Luke, côté obscur, tout ça.
- A cause de son père ?
- Putain, on va pas faire le coup à chaque fois.
- Faut bien qu’il ait un père en même temps.
- OU ALORS…
- ???
- Pas de père.
- Oh putain, Stanley, tu scores sur ce coup-là. Pas de père.
- Ouais, merci chef. Du jamais vu, en plus, c’est bien à Star Wars qu’on pouvait réserver ça, non ?
- Et l’immaculée conception ?
- Ta gueule Jerry. Au pire, ça parlera à différentes franges du public.
- On veut rire.
- Oui, Justin, et on va rire. A quoi penses-tu ?
- Un personnage drôle comme les ewoks. Qui fait des bêtises.
- D’accord.
- Et qui parle tout bizarre et drôle. Et un nom marrant aussi. Comme ça on aura envie de l’imiter.
- On va faire ça. Jack, pour les univers, vous avez retenu quoi ?
- Aquatique, chef, ça a pas encore été fait dans Star Wars. Des décors sous l’eau, des monstres marins : genre il va bouffer le vaisseau des gentils mais il se fait bouffer par un plus gros que lui.
- J’adore.
- Ah, tant mieux Justin.
- Encore.
- Encore ?
- … au pire, chef, on met deux fois cette scène ?
- Ouais, faites-ça.
- Et donc, la créature marrante, ça pourrait être une grenouille. Genre qui marche et qui parle.
- Qu’est-ce que tu en penses, Justin ?
- Elle parlera bizarre ?
- Oui, on va inventer un langage tout drôle et elle le parlera tout le temps. Jerry, fous-moi un truc dans le générateur de noms Star Wars, genre grenouille comique, ça donne quoi ?
- Jar Jar Binks.
- Ça te plait Justin ?
- Oui.
- Bon, ça c’est réglé. Pour le reste ?
- Il faut parler à la frange devenue adulte, chef. N’oublions pas que nous somme dans la République. Il va falloir évoquer les tractations qui permettent sa chute, l’obstruction parlementaire, et…
- Et Jar Jar Binks il marche un moment dans un caca.
- Oui, Justin. Continue, Stanley.
- Donc, la politique. Très important. De longs dialogues qui font adultes, avec un fond numérique qui bouge pour maintenir les chiards.
- Et il trouve que ça pue, le caca.
- …On mettra ça. La reine, les gars.
- Belle. Trop belle.
- Pensez aux coiffures de Leïa. Là, faut qu’elle change tout le temps, c’est genre toutes les couv’ annuelles de Cosmopolitan par heure. Et le maquillage, et le costume, tout.
- Et Jar Jar Binks il est avec la Reine.
- Et sinon, chef, on a un truc d’enfer pour expliquer la force. Les midi-chloriens. Ce sont des micros organismes qui génèrent l’osmose à la Force.
- ???
- Ouais, comme ça on peut faire des prises de sang pour savoir si t’est Jedi.
- T’en penses quoi, du plancton Jedi, Justin ?
- J’ai rien compris.
- Ouais, on fera dire ça à Anakin. C’est fun et les fans seront contents.
- Bon, après, pour la grande bataille finale, vous me refaites celle de l’épisode VI en mieux : une au sol, l’autre en orbite. Une histoire de bouclier, comme d’hab, et des droïdes qui se désactivent quand on croit tout perdu.
- Et Jar Jar Binks il combat ?
- Euh, oui.
- Il est chef ?
- Oui, oui.
- Et en fait il fait que des bêtises mais il tue quand même les méchants. Et Anakin pareil dans son vaisseau et il détruit tous les méchants. Et alors c’est drôle.
- Ok, on fait ça. Observez comment il parle, le fiston, faudra qu’Anakin fasse ce genre de commentaire à bord de son vaisseau. Faut rester proche du public. Tu es content, Justin ? Tu le diras à ton papa, hein ?
- Je lui dis quoi ?
- Tu lui dis : « putain, on va cartonner ».
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:17



Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté.

- Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous.
- D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord de principe de Liam Neeson.
- Nan, là je parlais de Jason.
- Ah. Donc Le Transporteur. Quand tu parlais du 4, je croyais qu’on était sur Taken.
- Nan. Tiens, prends la tartiflette, elle est bonne, ici.
- D’accord, Luc.
- Et puis je suis tombé sur The Sentinel, hier soir. Tu te souviens de ce truc ? Du coup j’ai un projet perso.
- Une réal ?
- Ouais. Merde, ça déborde. Mlle, donnez-moi une autre assiette, s’il vous plait. Un truc philosophique.
- …
- T’as oublié ton entrée. La salade de pomme de terre est excellente.
- Merci, je crois que j’en ai assez, là.
- Ouais, un truc sur l’humain, quoi. Son potentiel, tu vois. Une héroïne avec des habilités particulières.
- Une mutante ?
- Genre. Mais avec tous les pouvoirs. Un truc de fou, jamais vu. Télékinésie, radiographie par les mains, métamorphe, voyage dans le temps et la matière, big-bang. Attends, j’ai noté des trucs sur la nappe là-bas tout à l’heure, à la pause viennoiseries.
- C’est ambitieux, Luc. J’adore.
- Voilà, regarde, c’est écrit là.
- « Stars. Intelligence. Poursuites. Gunfights. Fin de ouf ». Ouais, vraiment, ambitieux.
- On tourne la semaine prochaine, j’ai un noir et une blonde. Tu finis pas tes frites ?

12 semaines plus tard. Réunion de débriefing.

- Bon, les gars, le gros a tourné, et on doit se démerder maintenant.
- Voyons le bon côté des choses : on a de quoi faire une bande-annonce.
- Le problème, c’est que son film dure 1h00. Et qu’il veut pas tourner davantage. Il a déjà rajouté le bisou de Scarlett quand on lui a demandé des sentiments, il ira pas plus loin.
- On fait quoi, putain ?
- Je lui ai demandé. Il m’a dit d’ajouter des animaux.
- Des animaux. Il t’a dit d’ajouter DES ANIMAUX.
- Ouais, des illustrations. Il a dit que ça souligne l’ambition philosophique. Il veut du cosmos, aussi. On est donc allé pomper chez Disney Nature, Yann Arthus-Bertrand et les docs de la Géode.
- Mais on a pas assez. On a foutu un peu partout, même des rhinos et des grenouilles qui copulent, mais on est à 1h10.
- Je l’appelle. « Luc ? C’est Bryan Feneck. Ouais, toujours la durée. Qu’est-ce qu’on…Ah ? Sur ? D’accord Luc. Bien Luc. Je leur dis, Luc. »
- Alors ?
- Il m’a dit de mettre n’importe quoi.
- … Tu peux préciser ?
- Il a dit, je cite « des villes en time lapse, des embouteillages, des rubik’s cube, des machines à laver » La fin j’ai pas compris, il avait la bouche pleine.
- Allez, au boulot, putain !

8 semaines plus tard. Débriefing des screentests.

- Bon. Luc est content.
- …
- Stanley, tu prends donc en charge le dossier de presse. N’oublie pas, on est dans une approche à la 2001. Tree of Life, tout ça.
- Ouais, et Jurassic Park, et Le Blob. Ecoute, Bryan, ça va pas être possible.
- Qu’est-ce que tu me racontes ?
- Je démissionne. Je peux pas. Je vous le dis entre nous, j’ai jamais vu une telle merde.
- On te demande pas ton avis non plus, ducon. Le public de Besson a le mérite de n’utiliser que 4% de son cerveau, c’est là que c’est malin.
- Là c’est trop.
- Il a raison, Bryan.
- Ta gueule, toi. T’as déjà de la chance que Luc t’ait pas entendu rire pendant la scène du coup de fil de Lucy à sa mère !
- Mais putain, elle parlait du goût de son lait, bordel !!!
- Ta gueule, j’ai dit. Bon, Stan, tu te ressaisis ?
- C’est non négociable. J’ai eu une révélation, putain. Des merdes, j’en ai vendues depuis que je bosse ici, mais là, c’était même plus de l’indignation, mais du désespoir. C’était cathartique. Putain, y’a aucun rythme, il nous a souillé Min-sik Choi & Scarlett est encore plus laide que dans Don Jon !
- Et tu te souviens des mecs qui pendent au plafond ?
- Et, les pouces qui s’illuminent !
- Et quand elle se transforme en Akira !
- Putain mais fermez-la, merde !
- Et la clé usb qui scintille, quand même… J’arrête, chef, promis.
- Stanley, tu nous fous dans la merde.
- Je suis réglo, tu me connais, j’ai cherché un plan B pour la promo. J’ai trouvé un jeune dans la salle qui pourra faire l’affaire.
- Un amateur ? Putain, mais…
- C’est l’avenir, mec. Ecoute ce qu’il disait en sortant : « Arrivé à la fin du film, j’ai senti un truc sur ma joue, je me suis demandé ce que c’était, et je me suis rendu compte que j’étais en train de pleurer… »
- Ouais, ben nous aussi, hein…
- Nan ta gueule, écoute : « pleurer d’ADMIRATION ».
- Ok, tu l’embauches. Putain, je crois qu’on va peut-être quand même cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:18



Siège d’UGC. Vaste table en acajou, bol de saucisson et pinard dans des verres en plastique.

- Bon, vous savez tous pourquoi on est là. Il s’agit d’écrire le prochain N°1 du box-office. Nathan, ta synthèse.
- C’est pas compliqué. Les français veulent des leçons morales en riant.
- « Castigat ridendo mores », quoi.
- Je sais pas, je l’ai pas vu.
- Disons plutôt que les français sont des cons.
- Bon, on recentre, les gars.
- Voilà, vous prenez Les Chtis, ou Intouchables, Samba, c’est plus comme les Visiteurs ou Asterix : on a besoin de se payer une bonne conscience. Handicap, banlieues, sans papiers, mépris des consanguins… On s’en moque et on dénonce, on se sent mieux, feel good movie, tout ça.
- OK. Il nous reste quoi comme sujet porteur ? Colin, on t’avait demandé une liste.
- Alors : Le djihadisme, l’homoparentalité, le travail du dimanche, le pain au chocolat en période de ramadan, l’arrêt des notes à l’école,
- Ouais bon, ta gueule. Le racisme, c’est bien, le racisme.
- Oui, chef. On est tous racistes. C’est fédérateur.
- Appelez-moi Michel Leeb.
- Sérieux, chef ?
- Quoi ? C’est le meilleur sur ce registre.
- Pour du consulting, alors ? Nan parce que faut quand même montrer une évolution. On fait les mêmes vannes, mais dites par les victimes.
- Ah ouais, excellent. Genre le niak il parle de manger des chiens.
- Et l’arabe du shit et du vol.
- Et le juif de son rapport à l’argent et sa mère.
- Oh putain, on tient notre pitch. Vous me prenez des étrangers propres, hein.
- Genre du seizième, sourire colgate et insérés à 200 %.
- Bien. Donc, film de mariage avec des gendres « issus de la diversité ». Bon, comme on veut que ça cartonne, vous me mettez Clavier, avec son accent bien français à la Jacquouille, ça fera contraste, hôtel particulière à Chinon, tout ça, on vend du rêve aussi, et la France a du talent. Et du fric. Beau mariage à la fin.
- Bryan, la touche jeune dans tout ça ?
- Ouais, chef, 2013, 2013 ! alors, on dit Noich, Feuj, Rebeu, ça ça reste, il faut Skype, des cigarettes électroniques. Et le bio, aussi.
- Et en exotique ? Ils ont rien de moderne à nous amener, putain ?
- Euh, la Zumba ?
- Bien, la Zumba.
- Et vous prenez tous les clichés de leurs coutumes. Halal, kasher, laqué, le porc, etc.
- Et ce qu’il faut montrer, c’est que le racisme, c’était avant. Maintenant, ça n’existe plus.
- Genre on a changé le nom des têtes de nègres.
- VOILA. Ça c’est de la démonstration. Et les jeunes boivent notre vin, ils s’intègrent.
- Sinon, faut pas hésiter à trasher un peu.
- Genre le juif il a « envie de iech » pendant la pièce de théâtre.
- Genre des blagues avec le prépuce, comme dans les films américains avec Ben Stiller.
- Ouais, bien vu. Les beaux parents doivent s’en charger, genre deg !
- Un chien qui le bouffe !
- Et attends, attends, ils le remplacent PAR DU JAMBON ! MDR !
- … Ok.
- Et un ptit cul, chef, quand même. J'en ai repéré un récemment sur Instagram. Ça claque. Matez-moi ça !
- Ah ouais !
- Son nom ?
- Qu'est-ce qu'on s'en fout, de son nom ?!
- Ils ont bien raison de venir nous piquer nos femmes, les kebla.
- Oui, euh, bon, on se calme, hein. Faut qu’on fédère. Monique, t’es chargée de la résolution morale.
- Alors, chasse, pêche et tradition. Les pères se réconcilient à la pèche, le noir raciste est plus raciste que le blanc raciste…
- Ça c’est bien, malin, vendeur ; continue.
- Les femmes s’entendent parce qu’elles aiment le même passage de la Bible et les hommes autour d’une bonne entrecôte et du pinard de Chinon, puis biture au Calva. Nos régions ont du talent, vive la France.
- Et les jeunes ?
- Les jeunes, ils font du fric, ils s’associent dans un truc tendance. Et ils font un bonhomme de neige œcuménique, pour le symbole.
- Fédérateur, t’as raison. Et ça peut bien sentir le 2, genre La vérité si je mens.
- Bon, ben c’est torché.
- Mes salauds, c’était rapide aujourd’hui. C’est pratique avec les films français.
- C’est ce que je disais, chef, les français sont des cons. C’est toujours facile.
- Putain, on va cartonner.
Revenir en haut Aller en bas
Rorschach
sourcilman ^^
avatar

Nombre de messages : 6480
Date d'inscription : 10/02/2009
Age : 36

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 11:51

Génial Wink
Revenir en haut Aller en bas
elnorton
lentille virus
avatar

Nombre de messages : 1480
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 28

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 12:26

Pour l'avoir vu y a dix jours, je trouve ta synthèse excellente et parfaite Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://last-stop-this-blog.blogspot.fr/
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 12:33

@elnorton a écrit:
Pour l'avoir vu y a dix jours, je trouve ta synthèse excellente et parfaite Wink

Lequel ? Le dernier de la liste ?
Revenir en haut Aller en bas
elnorton
lentille virus
avatar

Nombre de messages : 1480
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 28

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 2 Jan 2015 - 14:52

Oui oui, Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
http://last-stop-this-blog.blogspot.fr/
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Mar 3 Fév 2015 - 6:56



Les arcanes du blockbuster, chapitre 14

Sur la table en acajou, une corbeille de fruits, au centre desquels se loge un micro invisible à l’œil nu.

- Bon, on reste avec M. Brennan dans notre matinée consacrée aux intérêts de la nation. Maintenant que le projet d’American Sniper est bouclé, travaillons un peu la politique internationale. Nous vous écoutons.
- Bon, on s’est concertés, et le meilleur moyen de contenter l’opinion publique, c’est de taper sur une cible facile qu’on a tendance à oublier. On a donc pensé à la Corée du Nord.
- Ah oui, bien. Tout l’inverse de nos valeurs. Ils mangent pas, ils gueulent pas, ils ont pas d’industrie du divertissement.
- Et pis y’a des mèmes qui flashent, avec les gosses et leur grosses guitares, MDR.
- Et leur dictateur il a quand même LA coupe du siècle, quoi.
- Voilà. Donc, en complément du pathos patriotique de pépé Clint, on voudrait une comédie fustigeant l’antidémocratie des niakoués.
- Ok, on a ce qui faut. C’est du boulot pour Rogen & Franco, ça.
- Déjà qu’ils ont su traiter la fin du monde… Considérez ça comme plié.

8 mois plus tard, siège de Sony.

- … et le projet de cross over MIB/Jump Street, putain, ils ont même trouvé ça !
- Bon, on se calme. Je sais que vous êtes tous bouleversés par le hacking dont nous avons été les victimes. Je vous ai réuni parce que nous avons reçu ce mail de revendication.
- C’est en coréen ?
- Non, c’est en anglais. Je vous le lis.
« Salut Sony.
Merci de lire ce message à votre staff. Vous passerez le bonjour à Bryan, dont on trouve la femme fort gironde, à Stanley qui devrait vérifier quand trainent des caméras lors de ses soirées déguisées, »
- Putain chef, c’est pas moi, je vous jure !
« à Rick et Dick qui, au vu de leurs comptes offshore, n’ont vraiment pas besoin d’augmentation cette année. »
- …
« Ne dites rien en revanche à John, son goût pour les mineures asiatiques nous l’ayant rendu plutôt antipathi… »
- Alors là n’importe quoi !
- Bon, je passe. Voilà la suite :
« Au vu des scripts que contiennent vos cartons, nous nous félicitons davantage encore de notre projet, visant à vous punir pour l’étron que vous vous apprêtez à déposer sur les écrans américains. Que Messieurs Rogen et Franco vous pondent un scénario comme ils écriraient un SMS un soir de biture, c’est leur problème. Après tout, vous leur donnez carte blanche sur leurs bromances depuis des années, il n’y a pas de raison. Mais que vous puissiez investir de l’argent sur un pareil projet et en faire la promo nous oblige à prendre des mesures de rétorsion. Ce n’est pas parce que les frères Farelly et Apatow ont réussi avec du trash, que la recette se borne désormais à un mix d’érections, de bite au guacamole, de north corean pussy, de vomi et de diarrhée. Les problèmes sexuels identitaires de Franco et Rogen et leur obsession anale pourraient faire l’objet d’un sketch, mais nous asséner cela 1h50 durant a tout de la punition infligée à un pédopsychiatre commis d’office. Ayez s’il vous plait le courage d’expliquer à M. Rogen que son rire de phoque en fin de vie ne fait pas office de réplique, et à M. Franco qu’il devrait modifier la posologie de ses amphétamines, celles-ci ayant des conséquences fâcheuses sur la qualité de son jeu.
Dans l’intérêt public des spectateurs dont nous représentons un panel fidèle, nous nous devions de vous avertir. Et que la sanction ayant fait effet sur ce film vous serve de leçon pour les prochains.
Cordialement. »
- …Oh putain, on fait quoi maintenant ?
- Je sais pas. Je n’avais pas encore vu le film.
- Le voyez pas, chef, vraiment.
- Bon. Faut quand même expliquer les hacking.
- On accuse les Nord-Coréens ; genre on était courageux et pourfendeurs, tout ça.
- Ok. Mais il reste le film.
- On le sort pas, genre mesure de sécurité. On fait un DTV pour limiter la casse.
- On le laisse filtrer sur le net, on passe pas par les critiques habituelles.
- Ouais. Buzz, liberté d’expression, « Je suis Rogen », tout ça. Putain, chef, on va cart…
- Ta gueule, Dick.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4763
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Mar 3 Fév 2015 - 8:36

Déjà les Apatow gros bof, pour moi (contrairement à la plupart Farelly plus touchants qu'ils en ont l'air) mais là c'est clair qu'on touche le fond. Deux ou trois scènes à sauver autour de Kim et de sa combine de séduction mais sinon c'est de l'étron pur jus.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Jeu 5 Fév 2015 - 7:20




Les arcanes du blockbuster, chapitre 15

Sur la table en acajou, la coupe de fruit est vide.

- Bon, les gars, le chef est pas là, et tant mieux pour nous. Sa femme l’a plaqué, il est dans un état pas possible, vaut mieux qu’on bosse entre nous.
- Putain, j’ai entendu ça, elle lui a juste laissé le chien et une maison vide. Pas cool.
- Oui, bon, on enchaine. On a une petite merde à trousser aujourd’hui, à la demande de Keanu qui voudrait entamer son cinquième come-back.
- Bon, on a un Taken-like, un ancien badass qui reprend du service, on kidnappe sa femme et…
- Qu’elle crève, cette pute !
- Chef ?! Je croyais que…
- Ta gueule. Montre-moi.
- Nan mais c’est juste un petit…
- Bon, elle crève, donc. Dans les premières minutes.
- Euh… D’accord, chef.
- Et elle lui laisse un chien. C’est bien, ça les chiens.
- Oui, d’ailleurs, dans « Quand vient la nuit », ils
- Ta gueule. C’est quoi le pitch ?
- Revenge movie. Donc ils tuent sa femme ?
- Nan, le chien. Là y a de quoi s’émouvoir.
- Après, ben, il retourne voir les méchants et il bute tout le monde. Simple, efficace.
- Moui. Mais allez-y franchement. Putain, il faut qu’il se défoule, le mec. Il va chercher dans la cave un arsenal de barge, tu le vois qui brise la chape de béton à mains nues pour préparer le carnage. Je veux qu’il descende tout le monde, c’est clair ?
- Genre Commando ?
- Voilà. Mais pas drôle. Je veux que…il… tienne la tête des mecs pour mieux leur loger des bastos dans leur crâne, je veux des cervelles sur tous les murs, que toutes les vitres pètent…
- Genre Die Hard ?
- Nan, connard, je veux du noir, des infrabasses, des boites de nuit luxueuses et des sociétés secrètes, je veux qu’il SHOOTE DES PRETRES, tu comprends ça ?
- Euh…on va s’arranger.
- Et des gosses, putain !
- Non, là tu vas trop loin. Faut quand même pouvoir le sortir en salle, hein. Disons un fils, mais un peu adulte quand même.
- Donc pour Keanu ?
- Oui, pas la peine de jouer, il peut donc le faire. D’abord un tee shirt ensanglanté qu’il garde un bon moment, puis costard noir.
- Il manque une bagnole, chef.
- C’est vrai. Une noire.
- Qui va vite, cascades, courses poursuites.
- Mais là, pareil, vas-y carrément. Faut qu’il écrase les mecs à la pelle, qu’il les plombe à travers le toit, qui leur sectionne le cou avec la portière, qu’il…
- Oui oui, on a compris, chef. Donc pas de nouvelle nana ?
- Si, si. Faut bien.
- Love story ?
- Ah ah, t’as raison, ouais. Il lui met des poings dans la tronche et sa jolie petite gueule finit lestée de plomb.
- …ah.
- Voilà, je crois qu’on a fait le tour.
- Et pour la fin ?
- Bain de sang, pluie, bris de verre et tôle froissée défoncée. Il survit.
- Bon, d’acc…
- Et il prend un nouveau chien. Je me casse, faut qu’aille voir mon avocat. Croyez-moi, ça va cartonner.
- …
- Et ben. Limite je crois qu’il va être bien, ce film.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4763
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Jeu 5 Fév 2015 - 15:43

@Nulladies a écrit:

- Et ben. Limite je crois qu’il va être bien, ce film.

Laughing ben ouais, carrément. Quand ils se cocainent tous, au bureau, ça le fait bien finalement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Jeu 5 Fév 2015 - 20:30

Ouais, c'était une bonne surprise. La prochaine fois, préviens-moi, j'ai failli passer à côté ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4763
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Jeu 5 Fév 2015 - 23:52

Ben je l'avais rajouté dans mon top vite fait, un côté BD assez épuré finalement + action ultra-physique façon HK et des acteurs de séries que j’apprécie bien en seconds rôles, miam.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   Ven 6 Fév 2015 - 5:45

@RabbitIYH a écrit:
Ben je l'avais rajouté dans mon top vite fait, un côté BD assez épuré finalement + action ultra-physique façon HK et des acteurs de séries que j’apprécie bien en seconds rôles, miam.

Ah, au temps pour moi. C'était peut-être de là que j'ai finalement décidé de lui donner sa chance, ma mémoire s'égare. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les arcanes du blockbuster   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les arcanes du blockbuster
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Arcanes:Division

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi :: Voir :: Films après films-
Sauter vers: