Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi

disques • foot • films • séries • images • livres...
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Cycle] John Ford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Nulladies
Cinéman


Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 17:23

Goupi Tonkin a écrit:
Citation :
le film est beaucoup plus complexe que ça. Difficile de voir dans le personnage d'Ethan une propagande tant il va à l'encontre du héros traditionnel.

C’est l’évidence. Le film est bien trop riche en complexités psychologiques et dramatiques ( et Nugent un scénariste bien trop talentueux )pour justifier connement un massacre ou une quelconque violence raciste. Ta référence à Shakespeare dans le titre de ta chronique est bien évidemment très pertinente, Ethan Edwards est clairement un personnage tragique et ambigu, un guerrier aigri et amer qui a perdu la guerre (de sécession) et qui ne reconnait plus  son pays en pleine mutation, un croisé obsessionnel à la quête mortifère, ivre de haine qui scalpe, tue et mutile, mais c’est certainement pas un héros positif. Il est en quelque sorte le double inversé de Ringo Kid : une figure déchue de l’ouest qui dans l’un des plus beaux plans de l’histoire du cinéma s’exclut d’un monde auquel il se sait maintenant inadapté


Citation :
Les thèmes chers à Ford se déclinent ici avec une réelle jubilation : le trio amoureux et le mariage de raison (cf. Qu’elle était verte ma vallée), le pasteur aux multiples talents (le même film, mais aussi Les Raisins de la Colère) et l’altérité en miroir des indiens.
Ethan est bien entendu le cœur du film, personnage complexe et ambivalent magnifié par un John Wayne au flegme habité.

Citation :
La Prisonnière du Désert n’est pas seulement la déclaration éclatante de toute la maitrise de John Ford : c’est aussi celle du cinéma tout entier, du gros plan sur un visage habité au panoramique sur un paysage mythique, au rythme d’une aventure devenue fondatrice.

cheers
En tout cas j’ai beaucoup apprécié ta chronique sur ce CO et le fait que tu prennes plaisir à explorer l’univers fordien, et c’est bien là pour moi l’essentiel.

Ah mais je m'éclate, moi ! Ça me fait vraiment plaisir de partager sur le sujet. Encore deux et on passe à d'autres films. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Goupi Tonkin
la séquence du spectateur
avatar

Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 18:21

Citation :
Ah mais je m'éclate, moi !

Je m'en félicite !!  pirat

Trêve de salamalecs à la con, t'as prévu quoi comme cycle après ce bon papa Ford ?
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 19:22

Une pause de films en one shot. Dans les prochains cycles, j'aimerais bien Wilder, mais il y a pas mal de films que je n'arrive pas à trouver. Et Hawks. Et Welles. Et Lang. Et Chaplin, j'aimerais les revoir, avec les gamins aussi. Peut-être Wenders.
Sinon : Cassavettes, l'intégrale Star Wars (avec les kids), et plus tard Kurosawa (j'attends la sortie du Blu Ray des 7 samouraïs pour Noël, normalement)
Revenir en haut Aller en bas
Powderfinger

avatar

Nombre de messages : 295
Date d'inscription : 10/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 19:35

Nulladies a écrit:
l'intégrale Star Wars

Dans quel ordre, juste par curiosité ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 19:44

Ah ah, gros dilemme !
On fera 4 5 6 1 2 3, en respectant la chronologie cinéphilique et l'évolution des effets spéciaux... ainsi que la médiocrité croissante.
Revenir en haut Aller en bas
Saigneur des porcheries
bad lieutenant
avatar

Nombre de messages : 11322
Date d'inscription : 17/11/2008
Humeur : massacrante

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 19:57

Nulladies a écrit:
Une pause de films en one shot. Dans les prochains cycles, j'aimerais bien Wilder, mais il y a pas mal de films que je n'arrive pas à trouver. Et Hawks. Et Welles. Et Lang. Et Chaplin, j'aimerais les revoir, avec les gamins aussi. Peut-être Wenders.
Sinon : Cassavettes, l'intégrale Star Wars (avec les kids), et plus tard Kurosawa (j'attends la sortie du Blu Ray des 7 samouraïs pour Noël, normalement)

je vote pour Lang, Welles ou Wender

_________________
Le procureur:  Comment appelles-tu l'amour ?
Clara: L'amour, monsieur le procureur ?... la bête à deux dos...le théâtre du pauvre...

There's blood on your legs, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Rorschach
sourcilman ^^
avatar

Nombre de messages : 6480
Date d'inscription : 10/02/2009
Age : 36

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 20:36

vivement le cycle Star wars alors, ca va débattre dur Wink
Revenir en haut Aller en bas
Saigneur des porcheries
bad lieutenant
avatar

Nombre de messages : 11322
Date d'inscription : 17/11/2008
Humeur : massacrante

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 20:39

Rorschach a écrit:
vivement le cycle Star wars alors, ca va débattre dur Wink
sans moi.
j'ai dû en voir 1, au pire 2 étant ado et déjà ça me gonflait.

_________________
Le procureur:  Comment appelles-tu l'amour ?
Clara: L'amour, monsieur le procureur ?... la bête à deux dos...le théâtre du pauvre...

There's blood on your legs, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 20:40

Séb a écrit:
Rorschach a écrit:
vivement le cycle Star wars alors, ca va débattre dur Wink
sans moi.
j'ai dû en voir 1, au pire 2 étant ado et déjà ça me gonflait.

ça y est, le débat est lancé. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Saigneur des porcheries
bad lieutenant
avatar

Nombre de messages : 11322
Date d'inscription : 17/11/2008
Humeur : massacrante

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 21:37

passer de Ford à Star wars... je quitte le forum!!!!

_________________
Le procureur:  Comment appelles-tu l'amour ?
Clara: L'amour, monsieur le procureur ?... la bête à deux dos...le théâtre du pauvre...

There's blood on your legs, I love you.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4850
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 22:23

Pour Star Wars heureusement ça remonte un peu de niveau sur la fin, l'épisode 3 est très bon à condition bien sûr d'accepter deux ou trois parti-pris débiles qui cassent le mythe (leur histoire de midichloriens à la mords moi le noeud, notamment).

Nulladies a écrit:
Une pause de films en one shot. Dans les prochains cycles, j'aimerais bien Wilder, mais il y a pas mal de films que je n'arrive pas à trouver. Et Hawks. Et Welles. Et Lang. Et Chaplin, j'aimerais les revoir, avec les gamins aussi. Peut-être Wenders.
Sinon : Cassavettes, l'intégrale Star Wars (avec les kids), et plus tard Kurosawa (j'attends la sortie du Blu Ray des 7 samouraïs pour Noël, normalement)

+1 pour à peu près tout ça. Kurosawa il y a de quoi faire en attendant, c'est tout juste si Les 7 samouraïs fait partie de mes 7 ou 8 favoris, même si j'aurais très bien pu l'inclure dans un top ten western, quelque part. Pour Wilder hésite pas à demander je peux t'en faire passer via GigaTribe, de mémoire j'ai La grande combine, Sunset Boulevard, Sabrina, Ariane, Embrasse-moi idiot, Avanti!, Irma la douce, Un deux trois, Spéciale première, Sept ans de réflexion (en VF celui-là par contre), tout ça en DivX plus quelques autres que je dois pouvoir retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Powderfinger

avatar

Nombre de messages : 295
Date d'inscription : 10/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Sam 6 Sep 2014 - 23:40

Nulladies a écrit:
Ah ah, gros dilemme !
On fera 4 5 6 1 2 3, en respectant la chronologie cinéphilique et l'évolution des effets spéciaux... ainsi que la médiocrité croissante.

J'avais vu sur internet l'ordre de visionnage IV - V - (I -) II - III - VI avec divers arguments :

-On commence et termine avec la trilogie originale, ce qui est forcément mieux car c'est le "vrai" début et la "vraie" fin ;

-L'épisode V se termine sur la découverte du lien entre Vador et Luke, donc il peut ouvrir sur la prélogie dont le but est d'expliquer l'origine de Vador, et comme celle-ci se termine aussi sur un cliffhanger sombre avec l'épisode III, ça fait écho à la fin de l'épisode V et permet d'introduire l'épisode VI de manière cohérente ;

-Non seulement l'épisode I est universellement considéré comme le plus mauvais à cause d'un certain nombre de points négatifs (Jake Lloyd, Jar Jar, les midichloriens...) mais en plus il ne sert pas à grand-chose par rapport à la suite, toutes les intrigues ou presque développées dans les épisodes II et III peuvent être comprises sans l'épisode I, donc on peut l'écarter sans scrupule du programme de visionnage Very Happy Sinon vu que c'est pour tes gosses, ils peuvent peut-être le regarder sans avoir envie de vomir Razz

Enfin, c'est plus détaillé ici, à condition de pas être anglophobe : http://www.nomachetejuggling.com/2011/11/11/the-star-wars-saga-suggested-viewing-order/
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 6:28

RabbitIYH a écrit:
Pour Star Wars heureusement ça remonte un peu de niveau sur la fin, l'épisode 3 est très bon à condition bien sûr d'accepter deux ou trois parti-pris débiles qui cassent le mythe (leur histoire de midichloriens à la mords moi le noeud, notamment).

Nulladies a écrit:
Une pause de films en one shot. Dans les prochains cycles, j'aimerais bien Wilder, mais il y a pas mal de films que je n'arrive pas à trouver. Et Hawks. Et Welles. Et Lang. Et Chaplin, j'aimerais les revoir, avec les gamins aussi. Peut-être Wenders.
Sinon : Cassavettes, l'intégrale Star Wars (avec les kids), et plus tard Kurosawa (j'attends la sortie du Blu Ray des 7 samouraïs pour Noël, normalement)

+1 pour à peu près tout ça. Kurosawa il y a de quoi faire en attendant, c'est tout juste si Les 7 samouraïs fait partie de mes 7 ou 8 favoris, même si j'aurais très bien pu l'inclure dans un top ten western, quelque part. Pour Wilder hésite pas à demander je peux t'en faire passer via GigaTribe, de mémoire j'ai La grande combine, Sunset Boulevard, Sabrina, Ariane, Embrasse-moi idiot, Avanti!, Irma la douce, Un deux trois, Spéciale première, Sept ans de réflexion (en VF celui-là par contre), tout ça en DivX plus quelques autres que je dois pouvoir retrouver.

bounce cheers bounce

Excellent ! Je fais le tri dans ce que j'ai déjà et je te dis ça par mp.
Pour Kuro, c'est évident que je peux commencer sans celui-ci, mais j'aime bien me les faire dans l'ordre chronologique et m'immerger pendant une période dans la filmo d'un cinéaste.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 8:46

Powderfinger a écrit:
Nulladies a écrit:
Ah ah, gros dilemme !
On fera 4 5 6 1 2 3, en respectant la chronologie cinéphilique et l'évolution des effets spéciaux... ainsi que la médiocrité croissante.

J'avais vu sur internet l'ordre de visionnage IV - V - (I -) II - III - VI avec divers arguments :

-On commence et termine avec la trilogie originale, ce qui est forcément mieux car c'est le "vrai" début et la "vraie" fin ;

-L'épisode V se termine sur la découverte du lien entre Vador et Luke, donc il peut ouvrir sur la prélogie dont le but est d'expliquer l'origine de Vador, et comme celle-ci se termine aussi sur un cliffhanger sombre avec l'épisode III, ça fait écho à la fin de l'épisode V et permet d'introduire l'épisode VI de manière cohérente ;

-Non seulement l'épisode I est universellement considéré comme le plus mauvais à cause d'un certain nombre de points négatifs (Jake Lloyd, Jar Jar, les midichloriens...) mais en plus il ne sert pas à grand-chose par rapport à la suite, toutes les intrigues ou presque développées dans les épisodes II et III peuvent être comprises sans l'épisode I, donc on peut l'écarter sans scrupule du programme de visionnage Very Happy Sinon vu que c'est pour tes gosses, ils peuvent peut-être le regarder sans avoir envie de vomir Razz

Enfin, c'est plus détaillé ici, à condition de pas être anglophobe : http://www.nomachetejuggling.com/2011/11/11/the-star-wars-saga-suggested-viewing-order/

Ouah, sacré concept !
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 8:47



Doniphon, fond, fond, la petite marionnette…

On a souvent, et à raison, présenté ce film comme la synthèse de tous les westerns de Ford. Œuvre testamentaire, L’homme qui tua Liberty Valance est un chef d’œuvre à plus d’un titre. Parce qu’on y retrouve toute ce qui fait le génie du cinéaste, mais aussi parce que la tonalité adoptée dans cette œuvre tardive est aussi originale que bouleversante.
Alors qu’il semble n’avoir plus rien à démontrer de nouveau, Ford va resserrer ses archétypes. On remarquera avec amusement à quel point Liberty Valance est l’opposé esthétique de La Prisonnière du Désert : retour au noir et blanc, décors presque inexistants, limités à une rue, scènes la plupart du temps nocturnes, et surtout, absence d’un horizon sur lequel surgiraient les indiens. Ford ne s’en cache plus, et revient à ce qui l’obsède depuis Youg Mr Lincoln : les discrètes coulisses de la naissance de l’Amérique telle que nous la connaissons.
Idée de génie, c’est un trio qui va la symboliser. D’abord, la structure binaire de l’homme de loi, Stoddard, l’homme des mots et des livres affrontant Valance dont le langage se résume à son flingue et son fouet. Ensuite, et surtout, l’adjonction du troisième homme, Tom Doniphon, épris de bon sens et de pragmatisme, qui permettra par son héroïsme discret que le pays bascule de la violence à la loi.
Le grand échalas Stewart face au déhanché Wayne. Pour ce seul duo, pour la domination du second sur le premier, et pour le poing homérique que ce dernier lui donne en retour, le film est un régal. Ford est très malin avec ses stars et désactive leur potentiel iconique pour les humaniser : c’est un tablier de plongeur pour le premier, c’est un amour malheureux pour le second et des faits d’armes qui resteront dans l’ombre.
Autour d’eux, la communauté chère au cinéaste : un sheriff démissionnaire, un journaliste engagé, des restaurateurs bienveillants.
La structure du film, fondée sur le récit rétrospectif, est exploitée à merveille ; d’abord, elle annonce la fin, notamment du trio amoureux et de la victoire de la civilisation par l’urbanisation galopante et le statut de sénateur de Stoddard. Mais elle contribue aussi à marquer le récit de deux morts à venir : celle du titre, et celle de Tom Doniphon qu’on est venu enterrer. La victoire annoncée ne se fait pas sans perte, et c’est bien un hommage aux acteurs de l’ombre qu’opère le récit, qui se paiera en plus le luxe de revisiter la polysémie du titre.
Mais l’aspect testamentaire de Ford et ce long récit à côté d’un cercueil orné d’un cactus en fleur n’atteint pas le cœur du cinéaste : il restera fidèle jusqu’au bout à sa retranscription d’une humanité foisonnante : l’alcool coule toujours à flot, et l’humour irrigue chaque scène, épaississant ses personnages, et dont le premier duel se fera à propos d’un steak. Dans cette communauté, on aborde le racisme et l’illettrisme, et si l’avenir est dans l’affiliation à l’Etat de l’Union, c’est autant pour quitter un passé sans foi ni loi que se prémunir d’un avenir autrement plus inquiétant, celui du capitalisme dévorateur qui fit déjà l’objet d’une large dénonciation dans Les Raisins de la Colère.
Le film est didactique, sans aucun doute, et Ford nous apprend à lire son Histoire comme le fait Stewart avec son public hétérogène. Mais il est des leçons qu’on chérit plus que d’autres, surtout lorsqu’elles ont l’intelligence de passer par l’intime et de dénoncer les artifices d’une parodie de démocratie, où l’on vote pour un cheval sur scène et un spectacle de rodéo.

L’homme qui tua Liberty Valance mérite un livre entier d’analyse. Merveilleusement interprété, d’une mélancolie sur le temps qui n’évacue jamais la valeur de ce qui souda les hommes, il offre toutes les arcanes de la légende : la vérité, celle qu’on n’imprime pas, et qui fait des morts les véritables héros ; mais aussi, et surtout, de cette croyance profondément fordienne en l’humanité de chaque individu avant de prendre la tête de la collectivité et d’en devenir une figure légendaire.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4850
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 16:14

Pas vu celui-là mais il me tente bien, ne serait-ce que pour son influence évidente sur Impitoyable (les séquences avec English Bob, le shérif et le journaliste sur l'envers des légendes de l'Ouest).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 16:22

RabbitIYH a écrit:
Pas vu celui-là mais il me tente bien, ne serait-ce que pour son influence évidente sur Impitoyable (les séquences avec English Bob, le shérif et le journaliste sur l'envers des légendes de l'Ouest).

Je dois absolument le revoir, celui-là.
D'ailleurs, s'il fallait faire un tri dans les western de et avec Clint ? ...
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4850
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 16:51

Les chefs-d'oeuvre absolus :

1. Le bon, la brute et le truand (Leone)
2. Josey Wales hors la loi (Eastwood)

Les grands :

3. Et pour quelques dollars de plus (Leone)
4. Impitoyable (Eastwood)

Les très bons :

5. Pour une poignée de dollars (Leone)
6. Pale Rider (Eastwood)
7. L'homme des hautes plaines (Eastwood)
8. Sierra Torride (Siegel)

... et voilà à peu près tous ceux que j'aime. Il en a pas tourné tant que ça d'ailleurs, finalement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Goupi Tonkin
la séquence du spectateur
avatar

Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 17:59

J'aime beaucoup Les proies de don siegel, film assez atypique, très barré.
Revenir en haut Aller en bas
RabbitIYH
Institut Royal Météorologique
avatar

Nombre de messages : 4850
Date d'inscription : 07/01/2014
Age : 36
Localisation : Shanghai
Humeur : vitreuse

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 18:21

J'aime bien ce film aussi mais je le qualifierais difficilement de western...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.indierockmag.com
Goupi Tonkin
la séquence du spectateur
avatar

Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Dim 7 Sep 2014 - 19:10

Non, c'est clairement pas un western. Il y a la guerre de Sécession en toile de fond, mais c'est pas un western au sens classique du terme. Mais c'est un putain de film, très bizarre. Difficile d'ailleurs de le classer dans un genre.
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Lun 8 Sep 2014 - 6:47



L’adieu par les armes.

Le recours à la voix off n’est pas chez Ford une nouveauté. Toutefois, celle des Cheyennes a une importance capitale : elle explicite clairement le projet de porter à l’écran ce qui sera « considéré comme un détail de l’Histoire », à savoir le sort réservé aux populations indiennes.
L’intention est on ne peut plus louable, particulièrement au regard d’une grande partie de la filmographie de Ford, qui au crépuscule de sa carrière, tente d’équilibrer son discours, et d’opposer au mythe fondateur d’une Amérique wasp les éclaboussures de sang qui la souillent.
Le panorama des exactions est exhaustif : les réserves, le massacre des bisons, puis celui des autochtones se double d’un portait sans concessions de l’homme blanc, membre d’une cavalerie insensible, cowboy texan primitif ou journaliste intéressé par son tirage.
Au centre des échanges, Deborah la Quaker, un peu trop angélique et dont l’idéologie d’alphabétisation et de soins charitable manque certes de subtilité.
Le film suit l’exode des Cheyennes : trajets, retours, stratégies des fuyards et de la cavalerie à leur trousse ponctue non sans lourdeurs un récit qui s’épuise et s’étale sur 2h45. Certes, Ford tente de nouveau la carte de l’humanité bigarrée en proposant des incursions comiques dans ce film résolument triste. Mais l’intermède lui-même de Dodge City, conviant Earp et Doc Holliday pour quelques pitreries avinées convainc assez peu. Il donne certes une vision décadente de la ville de l’Ouest et sa bouffonnerie grossit le trait d’une civilisation blanche ridicule, mais cet ajout s’insère assez mal dans la dynamique générale.
Le dilemme concernant le sort de Cheyennes qui se sont rendus relance cependant les enjeux idéologiques et tragiques. Le scénario parvient une fois encore à concilier les vies intimes aux enjeux nationaux, et la poursuite de Deborah au fil des saisons et des décors n’est pas sans évoquer la trame générale de Searchers, à ceci près que la prisonnière est ici volontaire… Le massacre de Fort Robinson qui clot le film est assez éloquent sur l’échec de fragiles pourparlers face à la loi des armes, et achève de faire du film un adieu mélancolique aux grands idéaux démocratiques.

Trop long, un peu déséquilibré, Cheyenne Autumn pèche par excès de bonnes intentions, et par volonté de reproduire une formule qui ne fait pas mouche sur tous les sujets. Il n’en demeure pas moins nécessaire dans l’évolution du regard de l’Amérique sur sa propre histoire, et il est aussi réjouissant que légitime que le grand maitre du classicisme hollywoodien écrive le prologue des westerns pro indiens des 70’s.

Fin du cycle Ford.
Revenir en haut Aller en bas
Goupi Tonkin
la séquence du spectateur
avatar

Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 21/11/2008

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Lun 8 Sep 2014 - 12:41

je suis d'accord avec tout ça

et surtout avec ça :

Citation :
et il est aussi réjouissant que légitime que le grand maitre du classicisme hollywoodien écrive le prologue des westerns pro indiens des 70’s.

bien vu

C'était un très beau cycle en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Azbinebrozer
personne âgée
avatar

Nombre de messages : 2589
Date d'inscription : 12/03/2013
Age : 56
Localisation : Teuteuil
Humeur : mondaine

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Lun 8 Sep 2014 - 13:52

Goupi Tonkin a écrit:
je suis d'accord avec tout ça

et surtout avec ça :

Citation :
et il est aussi réjouissant que légitime que le grand maitre du classicisme hollywoodien écrive le prologue des westerns pro indiens des 70’s.

bien vu

C'était un très beau cycle en tout cas.
I love you I love you I love you
Oui merci Nulla !

Pour les Cheyennes je me suis peut-être gouré ? Est-ce dans ce film qu'il y a entre les indiens et la cavalerie, un tiers douteux, des vendeurs d'armes et/ou d'alcool qui sèment la discorde entre les 2 parties ?
C'est dans quel film ça ?... pale
Revenir en haut Aller en bas
Nulladies
Cinéman
avatar

Nombre de messages : 2727
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 40

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Mer 10 Sep 2014 - 15:47

Merci les gars.
Je crois, Azb, que c'est dans La Charge Héroïque, plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Azbinebrozer
personne âgée
avatar

Nombre de messages : 2589
Date d'inscription : 12/03/2013
Age : 56
Localisation : Teuteuil
Humeur : mondaine

MessageSujet: Re: [Cycle] John Ford   Mer 10 Sep 2014 - 16:20

Nulladies a écrit:
Merci les gars.
Je crois, Azb, que c'est dans La Charge Héroïque, plutôt.
Yes merci j'ai réussi à réactiver 1 neurone et relu ta critique même !
Revenir en haut Aller en bas
 
[Cycle] John Ford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» DADDAD - Ben, John et qui d'autres ???
» Happy Birthday John WIlliams (8 fevrier 1932)
» john butler solo
» John Cale à Paris, 5 septembre
» John Hiatt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi :: Voir :: Films après films-
Sauter vers: