Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi

disques • foot • films • séries • images • livres...
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Albin Michel] 22-11-63 - Stephen King

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rorschach
sourcilman ^^
avatar

Nombre de messages : 6480
Date d'inscription : 10/02/2009
Age : 36

MessageSujet: [Albin Michel] 22-11-63 - Stephen King   Ven 9 Mai 2014 - 10:51

Nulladies a écrit:


Bien des erreurs m'ont conduit à lire ce livre.
Tout d'abord, la curiosité face à un auteur de légende que je n'ai jamais lu.
Ensuite, les critiques dans la presse, souvent élogieuses.
Puis le bouche à oreille : un roman qu'on ne peut pas lâcher, addictif, etc, etc.
Enfin, et j'ai honte, la tête de gondole dans une librairie. Pourquoi pas ?
Changeons un peu des lectures habituelles, voyons ce que ça donne .

25,90 €
937 pages.

Le prix, je suis prêt à le mettre, même si King n'a probablement pas besoin de mon soutien pour vivre confortablement.
Le nombre de page ne me fait pas peur, d’autant que c’est censé être dévoré en quelques jours à ce qu’on m’annonce.

L’idée de départ est séduisante, l’écriture correcte, à quelques tics près (du genre, toutes les 10 pages, à propos de Oswald, « l’homme qui entrerait dans l’histoire », « la carabine qui contribuerait à changer le XXè siècle », etc, etc.)
Le concept de l’effacement à chaque voyage est un habile subterfuge et crée des contraintes narratives assez intéressantes.
Après, tout souffre atrocement d’un déséquilibre total.
Le livre fait clairement 600 pages de trop, et je pèse mes mots. Quel intérêt de dilater autant l’intrigue ? Certes, rentrer dans la vie du protagoniste sur le long cours nous permet de nous attacher à ce qu’il va devoir probablement abandonner. Mais toutes les intrigues secondaires sont au choix inutiles ou complètement grossières pour étayer la fumeuse théorie des « harmonies » : tout est écho, tout est coïncidence.
Le sujet supposé du roman, le 22/11/1963, donc, n’est quasiment qu’un prétexte. Ceux attendent une immersion dans les préparatifs de l’assassinat de Kennedy en seront pour leurs frais.
[Spoiler] King bâcle cette partie : un tireur unique, point, c’est réglé. Ne parlons pas du final, copie de collégien en matière d’uchronie, pour concéder à l’histoire d’amour une conclusion presque touchante, qui évite en tout cas les abimes du happy end à l’américaine.

Boursoufflé, ficelé avec des câbles du diamètre du Golden Gate Bridge,  22/11/1963 est un roman sans réelle saveur. On reconnaitra tout de même à l’auteur la capacité de nous tenir jusqu’au bout, mais au prix d’une déception plus grande encore.

Je ne désespère pas de lire du bon King un jour, notamment grâce à vos conseils plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Rorschach
sourcilman ^^
avatar

Nombre de messages : 6480
Date d'inscription : 10/02/2009
Age : 36

MessageSujet: Re: [Albin Michel] 22-11-63 - Stephen King   Ven 9 Mai 2014 - 10:51

C'est le reproche que j'avais fait sur ce livre, des longueurs, des longueurs et encore des longueurs !! Stephen King est de plus en plus la dedans...Et le plus drôle, c'est qu'hier, j'écoutais une critique de King où le gars disait que plus il vieillissait et plus l'écriture et ses livres étaient tops ! Comme quoi Wink

Revenir en haut Aller en bas
Rorschach
sourcilman ^^
avatar

Nombre de messages : 6480
Date d'inscription : 10/02/2009
Age : 36

MessageSujet: Re: [Albin Michel] 22-11-63 - Stephen King   Ven 9 Mai 2014 - 10:52

guil a écrit:
Rorschach a écrit:
Nulladies a écrit:
http://ecx.images-amazon.com/images/I/81zMC71N1LL._SL1500_.jpg

Bien des erreurs m'ont conduit à lire ce livre.
Tout d'abord, la curiosité face à un auteur de légende que je n'ai jamais lu.
Ensuite, les critiques dans la presse, souvent élogieuses.
Puis le bouche à oreille : un roman qu'on ne peut pas lâcher, addictif, etc, etc.
Enfin, et j'ai honte, la tête de gondole dans une librairie. Pourquoi pas ?
Changeons un peu des lectures habituelles, voyons ce que ça donne .

25,90 €
937 pages.

Le prix, je suis prêt à le mettre, même si King n'a probablement pas besoin de mon soutien pour vivre confortablement.
Le nombre de page ne me fait pas peur, d’autant que c’est censé être dévoré en quelques jours à ce qu’on m’annonce.

L’idée de départ est séduisante, l’écriture correcte, à quelques tics près (du genre, toutes les 10 pages, à propos de Oswald, « l’homme qui entrerait dans l’histoire », « la carabine qui contribuerait à changer le XXè siècle », etc, etc.)
Le concept de l’effacement à chaque voyage est un habile subterfuge et crée des contraintes narratives assez intéressantes.
Après, tout souffre atrocement d’un déséquilibre total.
Le livre fait clairement 600 pages de trop, et je pèse mes mots. Quel intérêt de dilater autant l’intrigue ? Certes, rentrer dans la vie du protagoniste sur le long cours nous permet de nous attacher à ce qu’il va devoir probablement abandonner. Mais toutes les intrigues secondaires sont au choix inutiles ou complètement grossières pour étayer la fumeuse théorie des « harmonies » : tout est écho, tout est coïncidence.
Le sujet supposé du roman, le 22/11/1963, donc, n’est quasiment qu’un prétexte. Ceux attendent une immersion dans les préparatifs de l’assassinat de Kennedy en seront pour leurs frais.
[Spoiler] King bâcle cette partie : un tireur unique, point, c’est réglé. Ne parlons pas du final, copie de collégien en matière d’uchronie, pour concéder à l’histoire d’amour une conclusion presque touchante, qui évite en tout cas les abimes du happy end à l’américaine.

Boursoufflé, ficelé avec des câbles du diamètre du Golden Gate Bridge, 22/11/1963 est un roman sans réelle saveur. On reconnaitra tout de même à l’auteur la capacité de nous tenir jusqu’au bout, mais au prix d’une déception plus grande encore.

Je ne désespère pas de lire du bon King un jour, notamment grâce à vos conseils plus haut.

C'est le reproche que j'avais fait sur ce livre, des longueurs, des longueurs et encore des longueurs !! Stephen King est de plus en plus la dedans...Et le plus drôle, c'est qu'hier, j'écoutais une critique de King où le gars disait que plus il vieillissait et plus l'écriture et ses livres étaient tops ! Comme quoi Wink

d'accord aussi. trop de longueur qui ne servent pas l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Albin Michel] 22-11-63 - Stephen King
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stephen King parolier du prochain album d'Aerosmith?
» [BD] Accros de Techno (Albin Michel)
» LE BAZAR DES MAUVAIS RÊVE Stephan King (2016)
» Bande originale du film MAXIMUM OVERDRIVE AC/DC (1986)
» Que lisent les fans du Priest ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les 3 Rocks : musique et mauvaise foi :: Lire :: Livres après livres...-
Sauter vers: